Le Distilbène, nocif sur trois générations

le
0
Une étude montre que les petits-enfants des femmes traitées avec cette hormone de synthèse, interdite en 1977, sont 40 à 50 fois plus exposés au risque de malformations du pénis.

Une étude épidémiologique présentée lundi portant sur les effets du Distilbène révèle que les petits-enfants des femmes traitées avec cette hormone de synthèse - interdite depuis 1977 du fait de sa dangerosité - sont 40 à 50 fois plus exposés au risque de l'hypospadias, une malformation de l'urètre.

Le Distilbène (DES) est un médicament prescrit pendant près de 30 ans aux femmes enceintes pour prévenir les fausses couches. Entre deux et huit millions de femmes dans le monde ont été traitées de cette façon entre 1948 et 1976 avant que le produit ne soit interdit. En France, le DES a concerné environ 200.000 patientes. 100.000 bébés y ont été exposés in utero.

Des tumeurs vaginales chez les filles et des malformations génitales chez les garçons sont les effets secondaires reconnus depuis plusieurs années chez ces bébés exposés. Mais, selon l'équipe constituée autour du professeur Charles Sultan, du CHRU Lapeyronie de Montpellier, ces problèmes peuvent

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant