Le dispositif fiscal Pinel prolongé jusqu'à fin 2017

le
1

En déplacement à Romainville, le chef de l’Etat a annoncé la prolongation jusqu’au 31 décembre 2017 du dispositif fiscal Pinel. Il compte aussi finaliser 70.000 rénovations énergétiques de logements cette année.

Les promoteurs et les investisseurs l’attendaient, Francois Hollande l’a confirmé. Le président de la République a annoncé vendredi la prolongation pour un an, «jusqu’au 31 décembre 2017», du dispositif fiscal Pinel qui a permis de relancer depuis l’an dernier la vente de logements neufs aux investisseurs. «Ce dispositif qui a marché, qui marche, marchera encore» puisqu’il sera prolongé «jusqu’au 31 décembre 2017», a déclaré François Hollande, lors d’un déplacement à Romanville (Seine-Saint-Denis) en compagnie de la ministre du Logement et de l’Habitat durable Emmanuelle Cosse.

En février dernier, la Fédération des promoteurs immobilier rappelait l’efficacité de ce dispositif. «L’attrait des investisseurs pour la pierre se confirme avec des ventes trimestrielles comprises entre 11.000 et 14.000 (contre 6 000 à 8 000 ventes trimestrielles avant le lancement du Pinel)», écrivait-elle alors. À l’époque déjà, les promoteurs martelaient: «Il est impératif que le dispositif Pinel, qui se termine au 31 décembre 2016, soit pérennisé d’autant qu’il permet à des ménages à revenus intermédiaires de louer des appartements à 20% en dessous des prix du marché.»

70.000 logements rénovés en 2016

Ce dispositif Pinel, version améliorée du Duflot, s‘est en effet attiré les grâces des investisseurs. Ces derniers sont sensibles à la possibilité de louer le bien à leurs ascendants (parents...) et descendants (enfant non rattaché au foyer fiscal), et à sa souplesse. Le particulier peut en effet choisir la durée d’investissement: 6, 9 ou 12 ans. La réduction d’impôts est alors de 12,‘ ou 21 %. Mais après une première période d’engagement, il est possible de continuer à louer son bien pendant trois années de plus. Une innovation appréciable pour ceux notamment qui s’y prennent un peu au dernier moment pour préparer leur retraite.

En matière de rénovation énergétique, un secteur où l’activité des artisans reste atone, «nous devons atteindre le cap de 100.000 logements rénovés dans le cadre des subventions versées par l’Agence nationale de l’habitat (Anah), soit le double de l’an dernier», a affirmé M. Hollande. «Je demande que ce soit 70.000 logements rénovés en 2016», soit le cap déjà fixé, «et davantage en 2017», a-t-il déclaré.

250 millions pour le logement social

En ce qui concerne le logement social, le fonds national d’aide à la pierre (Fnap) récemment créé pour mutualiser les moyens financiers des bailleurs sociaux, et pour lequel «l’Etat a dégagé 250 millions», sera «mis à disposition dans le prochain mois», a précisé le président.

Lors de ce déplacement à Romainville, dont la maire DVG Corinne Valls, a été primée à la fin de l’an dernier numéro un des «maires bâtisseurs», le président a visité le chantier «Urba green» comprenant notamment une résidence intergénérationnelle, des logements dédiés à l’accession et un établissement EHPAD (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ericlyon il y a 8 mois

    La location de logement n'est plus rentable depuis longtemps en particulier sur Paris. Pour les autres villes il faut faire très attention aux prix payés sachant que le prix du m2 peut varier du simple au triple entre deux villes voisines comme Saint-Etienne et Lyon par exemple. Ce type de programme ayant souvent tendance à surévaluer les prix profitant de la défiscalisation.