Le dispositif des Zones d?Actions Prioritaires pour l?Air va être révisé

le
0
Les particules fines provoqueraient plus de quarante mille décès prématurés chaque année si l?on en croit les estimations de l?Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
Les particules fines provoqueraient plus de quarante mille décès prématurés chaque année si l?on en croit les estimations de l?Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
Constatant les fortes réticences des villes candidates (Paris, Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), Bordeaux (Gironde), Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Grenoble (Isère), Lyon (Rhône), Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) ), la ministre de l'Ecologie Delphine Batho a annoncé sa refonte d'ici janvier prochain.

Les communes volontaires pour une expérimentation d'une durée de trois ans à compter de cette année (NDLR : Initialement candidate, Nice (Alpes-Maritimes) a quant à elle jeté l'éponge en juin dernier) sont unanimes : destinées à réduire la pollution atmosphérique, phénomène que les pouvoirs publics ont bien du mal à endiguer, les Zones d'Actions Prioritaires pour l'Air (ZAPA) ciblent en priorité les voitures thermiques les plus émettrices de gaz à effet de serre, donc les ménages les moins aisés. A ce titre, il doit impérativement être réévalué.
Leur requête a été entendue par l'Hôtel de Roquelaure, qui au terme d'une réunion avec les municipalités précitées a officialisé en fin de semaine dernière l'amorce d'une phase de réflexion en vue de mettre en place des critères à même de les satisfaire. « Un comité interministériel sur la qualité de l'air va travailler avec les villes pour bâtir des solutions concrètes », a précisé Mme Batho, citée par nos confrères de l'AFP et qui a également rappelé que « beaucoup considèrent que des mesures (actuelles) de restriction de la circulation aboutira
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant