Le difficile exercice européen de Hollande

le
0
François Hollande, s'il obtient effectivement un accord sur un «pacte de croissance», devra faire face à la question de la ratification du traité de discipline budgétaire. Et, au-delà, trouver un compromis dans son camp entre anciens partisans et opposants au TCE en 2005.

Envoyé spécial à Bruxelles

Il l'a voulu. Pendant toute sa campagne, François Hollande avait promis qu'il changerait le cours de l'Europe. Qu'il renégocierait le traité de discipline budgétaire. Ou tout du moins que ce texte serait complété. Président, il a redit qu'il ne se contenterait pas de «demi-mesures» lors du Conseil européen et qu'il «refusait l'austérité». Il avait haussé le ton.

Alors que doit s'achever vendredi le sommet consacré à la crise de la zone euro, le chef de l'État est confronté au compromis qui en résulte. Certes, il devait obtenir un accord sur un «pacte de croissance». Mais il reste la perspective d'un «approfondissement» de l'Union européenne qu'il n'excluait plus avant le sommet... Une idée qu'il va devoir imposer à sa majorité.

Très concrètement, la question de la ratification du traité de discipline budgétaire va désormais se poser. Le texte, discuté l'automne dernier entre vingt-six pays de l'Union, est en suspens dep

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant