Le difficile contrôle de la fin de vie des appareils électroniques usagés

le
0
Le difficile contrôle de la fin de vie des appareils électroniques usagés
Le difficile contrôle de la fin de vie des appareils électroniques usagés

Des millions d'appareils électroniques (ordinateurs, électroménager, téléphones etc.) sont vendus en France chaque année, venant remplacer des appareils usagés, dont la collecte et le recyclage peut virer au casse-tête, d'autant que les métaux précieux qu'ils contiennent alimentent des trafics.En France, la collecte et le traitement des appareils électroniques est organisé pour les particuliers dans le cadre d'une filière réglementée et en 2014 le taux de collecte a atteint "à peine 40%", note Guillaume Duparay, directeur de la collecte au sein de l'éco-organisme Eco-systèmes, un des principaux acteurs agréés du secteur.7,5 kg par habitant et par an ont été collectés dans un gisement évalué à 22 kg/hab/an. Le système fonctionne avec des organismes agréés qui organisent la collecte des déchets et font appel à des professionnels spécialisés pour leur traitement. Pour cela, chaque Français qui achète un appareil électronique paye une éco-participation de quelques centimes.Mais ce système a ses lacunes. Certains déchets électroniques échappent au circuit, surtout les appareils électroniques usagés des entreprises dont la collecte est moins organisée que celle des particuliers. Des sociétés de négoce se sont spécialisées dans leur récupération auprès des entreprises en s'engageant à en assurer la gestion et le traitement, conformément à la réglementation."En réalité, certaines se contentent d'exporter illégalement ces déchets en Afrique ou en Asie sans aucun traitement", affirme M. Duparay. Une exportation pourtant interdite par la Convention de Bâle depuis 1989.Car ces appareils électroniques contiennent des métaux précieux, comme des terres rares, qui peuvent être revendues à prix d'or. L'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp) a par exemple mis au jour en 2010 un trafic organisé par plusieurs sociétés de recyclage qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant