Le différend s'envenime entre Vivendi et Mediaset

le , mis à jour à 00:41
0
 (Actualisé avec des précisions, contexte) 
    par Giulia Segreti et Mathieu Rosemain 
    MILAN/PARIS, 28 juillet (Reuters) - Le différend entre 
Mediaset  MS.MI  et Vivendi  VIV.PA  au sujet de Mediaset 
Premium, la filiale de télévision payante du groupe italien, 
s'est envenimé jeudi avec des menaces de procès de part et 
d'autre. 
    Le conseil d'administration de Mediaset a rejeté la 
proposition alternative du groupe français pour le rachat de 
Mediaset Premium et fait savoir qu'il demanderait des dommages 
et intérêts après sa brusque volte-face. 
    Les deux groupes étaient convenus le 8 avril d'échanger des 
participations croisées et de céder à Vivendi 100% du capital de 
Mediaset Premium, mais le groupe de Vincent Bolloré a fait 
marche arrière mardi, proposant de racheter seulement 20% de la 
télévision payante et de prendre une participation d'environ 15% 
dans Mediaset sur trois ans à travers une obligation 
convertible.  
    Le conseil d'administration de Mediaset a jugé jeudi la 
proposition de Vivendi "inacceptable parce qu'elle est 
incompatible avec le contrat contraignant qu'il avait déjà 
signé", a dit dans un communiqué le groupe contrôlé par la 
famille de l'ancien président du Conseil Silvio Berlusconi. 
     Vivendi a fait savoir de son côté qu'il se réservait le 
droit de poursuivre Mediaset pour propos diffamatoires.  
    "Les propos des communiqués de Mediaset ont entaché la 
notoriété et l'image de Vivendi, qui mettra en œuvre tous les 
moyens à sa disposition pour rétablir la réputation du groupe", 
a déclaré le groupe de médias à Reuters.              
    Marco Giordani, le directeur financier de Mediaset, a 
déclaré que l'accord signé avec Vivendi en avril restait en 
vigueur mais il a laissé la porte ouverte à un arrangement en se 
disant "disponible" pour de nouvelles discussions à condition 
que la valorisation de Mediaset Premium reste en l'état.  
    Si Mediaset qualifie de surprise la décision de Vivendi, ce 
dernier affirme avoir averti le groupe italien à plusieurs 
occasions, en privé, de ses réserves sur le prix initialement 
convenu. 
    Vivendi fait valoir que l'examen des comptes de Mediaset 
Premium a montré une valorisation moins importante que celle 
retenue au moment de l'accord. 
    Mediaset a répliqué en faisant savoir que sa filiale de 
télévision payante avait perdu 37 millions d'euros au deuxième 
trimestre, un chiffre conforme à ce qu'il prévoyait.  
    Marco Giordani a ajouté attendre une amélioration des 
performances de la filiale au deuxième semestre et a confirmé 
l'objectif d'un retour à l'équilibre en 2017. Les coûts de 
Premium seront cette année du même ordre qu'en 2015, a-t-il 
ajouté. 
    Mediaset Premium compte plus de deux millions d'abonnés, 
pour la plupart attirés par ses chaînes sportives, et a perdu 85 
millions d'euros en 2015. L'accord d'avril la valorisait à un 
peu moins de 800 millions d'euros. 
    Son rachat par Vivendi s'inscrivait dans la stratégie du 
groupe français visant à créer un géant européen des médias et 
des contenus capable de rivaliser avec Sky, le groupe de Rupert 
Murdoch  SKYB.L , et Netflix  NFLIX.O .     
 
 (Juliette Rouillon et Véronique Tison pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant