Le diesel fiscalement pénalisé ?

le
0
Les écologistes et les associations de protection de l?environnement imputent au diesel de graves dommages écologiques et sanitaires.
Les écologistes et les associations de protection de l?environnement imputent au diesel de graves dommages écologiques et sanitaires.

Le gouvernement devrait accéder au v?u des écologistes. Reste à savoir quand?



Les professionnels du secteur s'attendent à perdre leur « privilège », aussi s'emploient-ils à minimiser voire à nier l'impact environnemental et sanitaire du diesel. De leur côté, écologistes et associations de protection de l'environnement plaident depuis de longs mois pour un rééquilibrage de la fiscalité des carburants « standards » au nom de leur empreinte carbone.


Une revendication qui pourrait prochainement être satisfaite vu les dernières allégations du président du Comité sur la fiscalité écologique Christian de Perthuis, intronisé avant-hier par les ministères de l'Ecologie et de l'Economie. « On le fera. La question, c'est à quel rythme et comment on va faire passer la pilule », a-t-il en effet déclaré lors d'une conférence de presse couverte par nos confrères de Reuters.


Soulignons par ailleurs que cette mesure est un engagement du gouvernement, qui dans le cadre du pacte de compétitivité de vingt milliards d'euros pour les entreprises a promis de dégager trois milliards d'euros grâce à la fiscalité écologique d'ici 2016. Paris marche néanmoins sur des ?ufs, le Sénat ayant rejeté fin novembre un amendement déposé par les écologistes qui visait à instaurer une taxe de cinq cents euros sur les véhicules diesel.


Les sénateurs socialistes ont en la circonstance invoqué le « soutien à la filière automobile française », actuellement en proie à de sérieuses difficultés, ce qui témoigne de divisions sur le sujet au sein de la majorité. Renault, PSA et consorts, eux, sont évidemment vent debout contre le relèvement de la taxe, sachant que le diesel représente 80 % de la consommation de carburant en France.




Le gouvernement pris en sandwich


Et Reuters de rappeler : « Les taxes sur le gazole pèsent actuellement soixante-cinq centimes d'euro par litre en moyenne, contre quatre-vingt-six centimes d'euro pour l'essence ». Un avantage que les acteurs concernés veulent absolument conserver.


Les filtres à particules fines installés sur les moteurs récents auraient selon leurs dires permis de corriger tous les défauts (ou presque) du diesel. L'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) vient cependant de classer ce dernier parmi les substances cancérigènes pour l'Homme, tandis que des experts lui imputent la bagatelle de quarante-deux mille décès prématurés chaque année en France.


« L'alignement du diesel sur l'essence est une mesure qui, prise brutalement, pose un certain nombre de difficultés à un certain nombre de professionnels », a convenu M. de Perthuis. C'est aussi, disons-le tout net, une source de désagréments majeurs pour les pouvoirs publics, littéralement « pris en sandwich » entre la nécessité de ménager les intérêts d'une filière en crise, celle de dégager des recettes et l'obligation de tout mettre en ?uvre pour préserver la santé de leurs concitoyens.


On ne fait certes pas d'omelette sans casser des ?ufs.


Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant