Le DICI ne fait pas l'unanimité

le
0
(NEWSManagers.com) -

Généralement salué dans son principe, le document d'information clé pour l'investisseur (DICI ou KID en anglais), qui doit remplacer le prospectus simplifié, continue de susciter quelques réserves au sein de la communauté financière parisienne. Dans le cadre des Entretiens annuels de l' AMF, Christophe de Backer, directeur général de HSBC France, s'est ainsi félicité de cette initiative qui va contribuer à gommer les écarts de compétitivité en Europe. Mais pour aussitôt en critiquer le format. " Un resto verso, c'est un peu short. Ce document est insuffisant pour commercialiser certains produits. Il est incomplet pour répondre aux contraintes que nous nous imposons" , a-t-il lancé.

Un peu sceptique également, François Villeroy de Galhau, responsable du pôle banque de détail en France chez BNP Paribas, a aussi salué le DICI dans son principe tout en suggérant que décliner éventuellement un tel document sur cinq pages plutôt que sur deux ne serait pas totalement ridicule alors que l'on a déjà du mal à présenter un contrat d'assurance-vie en unités de compte sur 64 pages. Quoi qu'il en soit, " investir sur le front des documents n'est pas du temps perdu" , a-t-il reconnu.


Le directeur général de l'Institut national de la consommation (INC), Eric Briat, a pour sa part critiqué le périmètre d'application du DICI. " Pourquoi le DICI ne s'applique-t-il qu'aux OPCVM ? Pourquoi pas d'autres produits ? C'est une avancée mais il faut aller plus loin" , a-t-il estimé.


info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant