Le DG délégué de BNP part sur fond de contentieux aux Etats-Unis

le
5
DÉPART DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DÉLÉGUÉ DE BNP PARIBAS
DÉPART DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DÉLÉGUÉ DE BNP PARIBAS

par Matthias Blamont

PARIS (Reuters) - Georges Chodron de Courcel, 64 ans, directeur général délégué de BNP Paribas, prendra sa retraite le 30 septembre prochain, a annoncé jeudi la banque française.

Ce départ intervient alors que le premier établissement bancaire de la zone euro pourrait prochainement se voir infliger une amende de quelque 10 milliards de dollars pour avoir financé des opérations en dollar avec des pays placés sous embargo américain, comme l'Iran et le Soudan.

Une source proche du dossier avait indiqué la semaine dernière à Reuters que le régulateur bancaire de New York avait demandé le départ de Georges Chodron de Courcel dans le cadre d'un règlement de ce contentieux. BNP avait alors refusé de commenter cette information.

Jeudi après-midi, une autre source a déclaré que les discussions entre la banque et les autorités américaines étaient en train de s'accélérer.

"Les discussions ne sont pas terminées mais tout le monde souhaite que ça s'arrête. Les autorités américaines aimeraient qu'un règlement intervienne au plus tard avant le 4 juillet (date anniversaire de la déclaration d'indépendance des Etats-Unis, NDLR)", a-t-elle dit, avant de préciser que la direction de la banque était en contact avec les autorités américaines plusieurs fois par jour.

Une porte-parole de BNP Paribas s'est refusé à tout commentaire.

"Compte tenu de la situation, des têtes devaient tomber, c'est logique. C'est probablement (aussi) le signe qu'un accord est proche. Au-delà du montant d'une potentielle amende, le risque pour la banque porte sur sa réputation", a réagi Philippe de Vandière, analyste chez Altedia Investment, au sujet du départ du directeur général délégué.

Dans son communiqué, BNP Paribas ne mentionne pas l'affaire en cours mais précise que Georges Chodron de Courcel sera, "à sa demande", déchargé le 30 juin de sa fonction de directeur général délégué pour se conformer à la nouvelle loi bancaire française qui limite le nombre de mandats d'administrateur de sociétés cotées des dirigeants d'entreprises de crédit.

Dans la matinée, une porte-parole de la banque a fait valoir que Georges Chodron de Courcel avait déjà prévu de quitter le groupe cette année et a refusé de commenter les discussions entre la banque et les Etats-Unis.

Jeudi matin, une source proche du dossier a indiqué que Vivien Levy-Garboua, conseiller à la direction générale, devrait également quitter la banque. Il dirigeait auparavant l'entité veillant à la conformité.

"GROS ACTEUR"

D'autres sources ont déclaré à Reuters ces derniers jours qu'en plus d'une amende, BNP Paribas pourrait être interdite d'exercer certaines opérations de règlement en dollar aux Etats-Unis.

Mercredi soir, le gouverneur de la banque de France, Christian Noyer, s'est inquiété de cette possibilité.

"Il y a une autre chose qui m'inquiète beaucoup à titre personnel, c'est la menace de suspension de certaines opérations de règlement en dollar, c'est quelque chose qui peut mettre en danger le bon fonctionnement du système financier international parce que BNP Paribas est un gros acteur dans ce domaine", a-t-il dit.

L'action BNP a clôturé à 51,46 euros à la Bourse de Paris jeudi (+0,23%). Depuis l'annonce, le 13 février, de la constitution d'une provision de 1,1 milliard de dollars dans le cadre du litige américain, la capitalisation boursière du groupe a fondu de 11,3 milliards d'euros.

La BNP a simplement déclaré il y a plusieurs semaines être en discussion avec les autorités américaines au sujet de "certains paiements en dollars US impliquant des Etats ou des personnes morales ou physiques qui pouvaient être soumises à des sanctions économiques édictées par les lois des Etats-Unis".

(Avec Maya Nikolaeva, Blaise Robinson, Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • uran le jeudi 12 juin 2014 à 20:20

    Il y a quarante ma future brillante carrière dans la finance a été stoppé net lorsque j'ai été licencié par un jeune cadre plein d'avenir qui portait le même nom et qui travaillait dans la même entreprise.

  • M6642822 le jeudi 12 juin 2014 à 09:23

    Une retraite doré, un compte personnel en millions d'euros, bref le devoir accomplie.

  • lechypre le jeudi 12 juin 2014 à 09:20

    le montant du chapeau !!! le montant du chapeau !!!

  • Cambio17 le jeudi 12 juin 2014 à 09:16

    Avec quel parachute doré, s'il vous plaît ???

  • M2784728 le jeudi 12 juin 2014 à 09:10

    Mon dieu ...protégez-nous de nos "amis", nos ennemis ont s'en charge !!