Le DG de Lafuma démissionne et cède ses parts au suisse Calida

le
0
DÉMISSION DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LAFUMA
DÉMISSION DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LAFUMA

PARIS (Reuters) - Lafuma a annoncé mardi la démission de son directeur général et la cession par ce dernier de sa participation de 15,2% dans le capital du spécialiste des équipements sportifs à la société suisse Calida.

Philippe Joffard, à la tête de Lafuma depuis 28 ans, et sa famille ont cédé leur part de 15,2% à Calida, qui commercialise la marque de lingerie Aubade, pour un montant non dévoilé.

Dans le même communiqué, Lafuma indique également avoir décidé de lancer une augmentation de capital accroissant de 50% le nombre des actions existantes.

Le montant de la levée de fonds, qui doit servir notamment à désendetter le groupe, n'a pas été communiqué. Lafuma précise que les modalités de cette augmentation de capital seront déterminées et communiquées prochainement.

Dans le cadre de cette levée de fonds, Calida est appelé à se renforcer au capital de Lafuma, mais sa participation ne dépassera pas le seuil de 29% à l'issue de l'opération.

Le groupe suisse s'est engagé ainsi que d'autres actionnaires de référence à souscrire à l'augmentation de capital de Lafuma.

A la Bourse de Paris, le titre chutait de 2,8% à 20,20 euros à 10h40, après avoir touché un plus bas à 19,80 euros, dans un volume d'échanges représentant déjà plus de deux fois la moyenne des échanges quotidiens sur le titre des trois derniers mois.

"L'opération devrait être très dilutive et l'intérêt spéculatif à court terme (sur le titre) diminue de notre point de vue", commentent les analystes de Gilbert Dupont.

Le bureau d'études reste à alléger sur le titre avec un objectif de cours de 20,4 euros.

Pour son exercice annuel 2011-2012, Lafuma a accusé une perte de 15,2 millions d'euros en raison des difficultés de son pôle surf, qui se sont traduites par une dépréciation de la marque Oxbow.

Un mois auparavant, le groupe avait mis fin aux discussions en vue de son rachat par le groupe sud-coréen E-Land en raison d'un manque de synergies.

Blandine Hénault, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant