Le deuxième suspect libéré après le meurtre de Maxime

le
0

STRASBOURG (Reuters) - Une seule personne restait poursuivie samedi dans l'affaire du meurtre de Maxime, un adolescent de 14 ans, à Etouvans (Doubs), après la remise en liberté d'un jeune majeur en début d'après-midi, a-t-on appris auprès du procureur de Montbéliard.

Ce deuxième suspect avait été interpellé vendredi matin.

"Le juge d'instruction a considéré qu'aucun élément ne pouvait être retenu à sa charge", a dit à Reuters le procureur, Thérèse Brunisso

Le jeune homme de 17 ans mis en examen vendredi soir pour assassinat et écroué reste pour l'heure la seule personne mise en cause dans ce dossier, aucune autre audition ou garde à vue n'étant en cours.

"L'enquête se poursuit", a cependant précisé le capitaine Didier Guériaud, porte-parole de la gendarmerie de Franche-Comté.

Selon la gendarmerie, une marche blanche a réuni un millier de personnes samedi après-midi à Etouvans, un village de 800 habitants proche de Montbéliard où résidait Maxime et où son corps, partiellement calciné, a été découvert dans un bois mercredi matin.

L'autopsie a révélé qu'il avait été tué de plusieurs coups portés par une arme blanche.

Le meurtrier présumé, une relation de Maxime avec qui il partageait une même passion pour le moto-cross, a reconnu avoir été présent au moment du meurtre, tout en niant être l'auteur des coups, selon les éléments donnés par le parquet.

C'est pour le retrouver et bricoler sur une moto que Maxime avait quitté le domicile de ses parents, mardi soir, pour ne plus reparaître.

Les mobiles du meurtre restent mystérieux.

Dans une interview au journal L'Est Républicain, le père de l'adolescent soupçonne le ou les meurtriers d'avoir agi pour voler la moto, un modèle de 50 cm3 valant 3.000 euros mais acheté d'occasion 1.600 euros que les parents avaient offert à leur fils pour ses 14 ans.

"Pour les enquêteurs, ce n'est qu'une hypothèse de travail", a dit le capitaine Didier Guériaud.

Le meurtrier présumé était ouvrier agricole dans une ferme de la commune, selon le père de Maxime.

Il avait peu d'antécédents judiciaires sinon deux défauts de permis de conduire et un recel de vol, a indiqué le parquet.

Les obsèques de Maxime auront lieu lundi à Etouvans.

Gilbert Reilhac, édité par Matthias Blamont

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant