Le deuxième actionnaire d'Holcim rejette le ratio d'échange

le
0

ZURICH (Reuters) - Eurocement Holding, deuxième actionnaire du cimentier suisse Holcim, n'est pas satisfait du rapport d'échange lié au projet de fusion avec le français Lafarge, a déclaré lundi à Reuters une source au sein d'Eurocement.

Lafarge et Holcim ont remis le 20 mars dernier leur projet de fusion sur les rails en ramenant le ratio d'échange à 0,9 action Holcim pour une action Lafarge, au lieu de la parité, ce qui donnerait près de 56% du futur ensemble à Holcim et 44% à Lafarge, contre 53%-47% dans le schéma initial.

Cet accord ne satisfait pas Eurocement, qui détient 10,8% du capital du cimentier suisse.

"Nous pensons que le ratio n'est pas assez bon", a dit la source. "La situation actuelle ne nous satisfait pas".

La source confirme ainsi une information de l'hebdomadaire helvétique Sonntagszeitung, qui écrivait dimanche que l'homme d'affaires russe Filaret Galtchev, à la tête de la holding Eurocement, rejetait les nouveaux termes de l'accord.

De son côté, l'investisseur Harris Associates, troisième actionnaire d'Holcim, a annoncé lundi avoir renforcé sa participation dans le capital du cimentier suisse.

Le fonds détient désormais 6,38% d'Holcim, a déclaré sa porte-parole dans un communiqué, contre 4,94% fin avril 2014, comme il était signalé sur le site du groupe helvétique.

L'annonce renforce l'impact potentiel des déclarations faites la semaine dernière par le responsable des actions internationales d'Harris Associates sur l'avenir du projet.

David Herro avait déclaré à un journal suisse qu'il voulait savoir qui dirigerait la future entité issue de la fusion avant de décider s'il soutenait ou pas le projet.

(Oliver Hirt et Joshua Franklin, Patrick Vignal et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant