Le destin de la future première dame chinoise

le
1
PORTRAIT - La soprano Peng Liyuan, épouse du numéro 2 chinois, a choisi de se faire discrète pour ne pas entraver la carrière de son mari.

C'est une petite révolution en soi. Après des années dans l'ombre, les premières dames chinoises vont désormais passer dans la lumière, avec l'arrivée d'une vedette de la chanson chinoise au bras de Xi Jinping, pressenti à la succession de l'actuel président chinois, Hu Jintao début 2013. Peng Liyuan devrait attirer les feux des projecteurs comme aucune femme de président ne l'a fait depuis trente-cinq ans en Chine.

Soprano et général de l'armée, elle s'est invitée pendant vingt-cinq ans dans des centaines de millions de foyers pour le Nouvel An chinois - fête familiale célébrée comme Noël en France - en chantant au traditionnel gala télévisé donné par la chaîne nationale. Face à l'ascension politique de son mari, elle a fini par se retirer en 2008. Pour ne pas lui faire de l'ombre, murmure-t-on à Pékin.

Une telle notoriété est atypique pour une première dame de l'empire du Milieu. Elles se sont successivement faites discrètes depuis la fin de l'ère maoü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 11881561 le vendredi 9 mar 2012 à 07:51

    Au moins elle a de la voix !