Le dernier voyage du ministre Kouchner

le
0
Avant de faire ses adieux au Quai d'Orsay, le ministre a choisi de se rendre en Afghanistan.?

De notre envoyé spécial à Kaboul

Pour ce qu'il appela lui-même son «dernier tango», il n'était pas anormal que Bernard Kouchner eût choisi de se rendre en Afghanistan. Comme pour fermer une boucle de trente ans, commencée avec l'aventure des French doctors au «Royaume de l'Insolence» à l'époque de l'occupation soviétique.

Samedi après-midi, dans le bureau de Jean d'Amécourt, ambassadeur de France à Kaboul, le ministre des Affaires étrangères réunit ses collaborateurs, son directeur de cabinet Philippe Errera, le directeur politique du Quai et les diplomates de l'ambassade pour une séance de «brainstorming» impromptue. «Que fait la France en Afghanistan?»: le niveau de la discussion a délibérément été placé très haut. Kouchner, qui n'a jamais été un penseur solitaire, n'aime rien tant qu'un bon débat de fond. Il a été élevé à l'école des AG mouvementées de l'Union des étudiants communistes puis de Médecins sans frontières.

L'âge venu, il a comp

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant