Le dernier verre

le
0
Le dernier verre
Le dernier verre

C'est l'une des dernières traces laissées par Platoche : un championnat d'Europe à 24 équipes. Lorsqu'il était à la tête de l'UEFA, Platini voulait étendre le football européen et il y est arrivé sur quelques côtés. Reste qu'il l'a aussi dénaturé, et cet Euro 2016 sera le dernier vestige avant une nouvelle ère.

Il y aura un avant et un après Michel Platini. De son propre aveu, son mandat à la tête de l'Union des associations européennes de football (UEFA) devait être "une révolution" et devait apporter "un vent de fraîcheur". Le 26 janvier 2007, le triple Ballon d'or (1983, 1984, 1985) venait alors de renverser Lennart Johansson et parlait de son sport avec ces mots : "Le football est un jeu avant d'être un produit, un sport avant d'être un marché et un spectacle avant d'être un business." Debout à la tribune du congrès de Düsseldorf, Platini avait alors réussi à convaincre le parterre de représentants de fédérations qui lui faisaient face.


La vision de l'ancien capitaine de l'équipe de France était assez claire : le temps était venu de s'ouvrir aux petites nations, de mieux redistribuer les recettes générées et de développer le football de tous les coins de rue de l'Europe. Alors il y a eu la réforme des barrages de la Ligue des champions ouvrant la C1 pour offrir des APOEL Nicosie-Barça là où, en 2007, Michel Platini "rêvait de voir le Real Madrid se déplacer à Reykjavik". Il y a eu, aussi, la mise en place du fair-play financier et surtout un bilan final assez bancal dans le grand monde du football, libéral dans les veines, où les réformes politiques n'ont que peu d'impact. L'argent est roi, c'est comme ça, et Michel Platini lui-même s'est laissé happer par le système. On connaît l'issue.

"Les supporters voyageront en low-cost"


Durant son passage à la tête de l'UEFA (2007-2015), Platini aura tout de même réussi à imposer sa révolution en modifiant le format du Championnat d'Europe déjà - passage à 24 équipes pour l'Euro français - et en laissant à l'horizon un Euro 2020 à cheval sur treize villes dont quelques rencontres à Bakou. Cette idée était, selon lui, "loufoque". Reste que le projet a été mis en place et que la blague entre potes a pris forme. Qu'on se le dise, ce Championnat d'Europe français est certainement la dernière grande compétition internationale à laquelle vous allez assister, et ce, malgré un…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant