Le dernier Samsung va se faire attendre

le
0
Le dernier Samsung va se faire attendre
Le dernier Samsung va se faire attendre

Coup dur pour Samsung. A peine quelques jours après la sortie de son dernier smartphone à grand écran, le Galaxy Note 7, le géant sud-coréen de l'électronique est contraint de stopper sa commercialisation et même de rappeler les appareils déjà en circulation.

 

Sorti le 19 août en Corée du Sud et aux Etats-Unis, et déjà vendu à 2,5 millions d'exemplaires dans ces deux pays, le Galaxy Note 7 souffre d'un défaut de conception de sa batterie. Un pépin aux conséquences potentiellement très dangereuses puisque, en seulement dix jours, 35 appareils ont subitement pris feu et parfois explosé sans explication, ne laissant à leur propriétaire — comme le montrent des vidéos postées sur les réseaux sociaux — qu'un smartphone partiellement carbonisé.

 

L'entreprise coréenne a rapidement réagi en annonçant hier dans un communiqué l'arrêt provisoire de la commercialisation du Note 7, le rappel des modèles déjà vendus et un remplacement ultérieur. Cette opération de rappel ne touche pas la France, pays dans lequel les premiers exemplaires précommandés devaient être livrés cette fin de semaine. Les acheteurs devront toutefois attendre quelques jours voire plusieurs semaines avant de recevoir leur produit — un modèle haut de gamme vendu 859 € — exempt de tout souci de batterie.

 

Pour l'instant, le fabricant n'évoque pas la possibilité de rembourser les clients qui ont déjà payé leur appareil en précommande. L'affaire tombe au plus mal pour le géant coréen et numéro un mondial de la téléphonie mobile. En lançant son Note 7 au mois d'août, Samsung espérait couper l'herbe sous le pied, du moins en misant sur un effet à la fois médiatique et marketing, à son concurrent Apple qui présentera lui mercredi son iPhone 7. L'affaire intervient également alors que le salon international de l'électronique IFA bat son plein à Berlin, sous l'œil des journalistes spécialisés du monde entier. La ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant