Le dernier mot de... Nathalie Kosciusko-Morizet

le , mis à jour le
0
Nathalie Kosciusko-Morizet.
Nathalie Kosciusko-Morizet.

L'heure n'est plus au rafistolage, au bricolage et aux aménagements d'un système à bout de souffle comme le proposent mes concurrents sur tous les sujets, des retraites à la fiscalité en passant par la politique familiale et les questions de sécurité.

Le système, je ne veux pas le bricoler, je propose de le changer. Je veux que les efforts demandés soient porteurs de progrès pour tous les citoyens, qu'ils ne soient pas seulement des sacrifices qu'on leur réclame tous les cinq ans.

Les Français sont inquiets ? à juste titre ? des conséquences pour notre pays de la grande transformation du monde. Nous vivons une révolution comme il s'en produit une fois par siècle : le numérique, la mondialisation, le changement climatique, la démographie sont autant de défis qui se posent à nous et peuvent effrayer nos concitoyens.

Mon projet, c'est qu'aucun Français ne reste au bord du chemin. Que les opportunités qui s'offrent à nous ne soient pas une chance pour quelques-uns, mais un avenir pour le plus grand nombre. Mieux, je suis convaincue que la mondialisation est entrée dans une nouvelle phase, plus innovante et créative que la précédente, et que cette ère peut être notre chance, ce « moment français » que nous espérons tant.

Dans cette primaire, je me bats pour que nous parlions de la vie des Français plutôt que de jouer sur leurs peurs, que nous abordions des solutions pour...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant