Le dernier mot de... Jean-François Copé

le
0
Jean-Francois Copé.
Jean-Francois Copé.

Ce dimanche 20 novembre aura lieu le premier tour de la primaire de la droite et du centre. Cette élection est capitale pour l'avenir de notre pays. Et, ne nous y trompons pas, le prochain mandat présidentiel sera un rendez-vous majeur pour renouer avec la grandeur de la France et la faire entrer, enfin, dans le XXIe siècle. Il faut donc que vous soyez nombreux à vous mobiliser !

Pour ma part, vous le savez, je défends depuis des années avec la même constance une ligne très claire : la droite décomplexée. Je l'ai fondée sur mes années d'expérience de maire de Meaux, de député d'une circonscription rurale et d'ancien ministre de Jacques Chirac.

Comme beaucoup d'entre vous, en 2007, j'ai cru en la rupture.

Et puis, comme vous, j'ai été déçu par l'action conjointe de Nicolas Sarkozy et de François Fillon qui n'a pas été à la hauteur des promesses. J'ai été déçu par l'ouverture à gauche qu'ils ont faite. Déçu par les baisses massives d'effectifs dans la police, la gendarmerie et l'armée qui ont rendu la France vulnérable. Déçu par la hausse historique de l'immigration. Déçu par les hausses d'impôts de 2011 qui ont matraqué les travailleurs et les familles. Déçu, enfin, que les 35 heures n'aient pas été supprimées.

C'est ce bilan qui a rendu la France vulnérable. C'est ce bilan qui a entraîné l'élection du pire président de la Ve République, François Hollande, qui a fait...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant