Le dernier médicament contre l'obésité sur la sellette

le
0
L'orlistat, commercialisé sous les noms de Xenical et Alli, pourrait induire une insuffisance rénale aiguë, selon une étude.

Les médicaments contre le surpoids seraient-ils frappés d'une sorte de malédiction ? Plus ou moins longtemps après leur mise sur le marché, tous finissent par être retirés en raison d'effets secondaires graves. Ce fut le cas des anorexigènes amphétaminiques en 1997, de l'Acomplia (rimonabant du laboratoire Sanofi) en 2008, puis du Sibutral (sibutramine d'Abbott) début 2010. Sans compter le Mediator, traitement adjuvant du diabète largement détourné comme coupe-faim, arrêté fin 2009. Aujourd'hui, il ne reste plus qu'une seule molécule autorisée dans cette indication, l'orlistat. En inhibant des enzymes intestinales, les lipases, elle diminue l'absorption des graisses. Et voilà que ce rescapé - commercialisé sous le nom de Xenical (Roche) et Alli (GSK) dans sa forme moins dosée, en vente libre - est à son tour sur la sellette.

Une étude canadienne, tout juste publiée dans la revue Archives of Internal Medicine, pointe un risque accru d'insuffisance rénale aig

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant