Le dernier greffé d'un c½ur artificiel Carmat a quitté l'hôpital

le
0
Le dernier greffé d'un cœur artificiel Carmat a quitté l'hôpital
Le dernier greffé d'un cœur artificiel Carmat a quitté l'hôpital

Le dernier des trois patients greffés d'un cœur artificiel Carmat, dont deux sont aujourd'hui morts, a quitté l'hôpital et regagné son domicile alsacien, ont annoncé ce jeudi les Hôpitaux universitaires de Strasbourg et le concepteur de ces bio-prothèses.

Le patient, qui souhaite conserver l'anonymat, avait été opéré le 8 avril à l'hôpital européen Georges-Pompidou à Paris (XVe). Il fait partie du premier groupe de quatre malades désignés pour bénéficier d'une bio-prothèse Carmat dans le cadre de la première phase d'un essai clinique. Avant de retourner chez lui, l'homme a été formé au fonctionnement du système portable et a bénéficié d'une période de rééducation au sein des Hôpitaux universitaires de Strasbourg. «Les équipes médicales, hospitalières et techniques restent entièrement mobilisées pour continuer à assurer un bon suivi médical», ont précisé les Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS) et la société Carmat.

Le cœur Carmat est tapissé à l'intérieur d'un revêtement constitué de bio-matériaux tirés de tissus animaux (bovins) pour éviter la formation de caillots sanguins. Il se distingue d'autres modèles de cœur artificiel, notamment par le choix des matériaux inédits, et vise à pallier le manque de greffons. La première prothèse du genre avait été greffée le 18 décembre 2013 à l'hôpital Georges-Pompidou sur Claude Dany, un patient de 76 ans en insuffisance cardiaque terminale, qui a succombé 74 jours après l'intervention.

Défaillance de composants électroniques

Le deuxième, un patient de 69 ans, greffé à l'hôpital de Nantes (Loire-Atlantique) le 5 août 2014, a vécu 270 jours durant lesquels il a pu quitter l'hôpital grâce à l'utilisation d'un appareil portatif. Mais quatre mois après son retour à son domicile, il avait dû être ré-hospitalisé à la suite d'une baisse du débit cardiaque. Il n'avait pas survécu à la tentative de changement de son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant