Le dernier gouverneur britannique de Hong Kong défend les manifestants

le
0

WASHINGTON, 21 novembre (Reuters) - Aucun pays ne doit avoir peur de la Chine quand il s'agit de la démocratie à Hong Kong, a déclaré jeudi soir le dernier gouverneur britannique de Hong Kong, Chris Patten. Représentant de la Couronne jusqu'à la rétrocession de 1997, Chris Patten, qui s'exprimait par visioconférence devant une commission parlementaire américaine, a balayé les accusations de la Chine qui affirme que les manifestants pro-démocratie sont les marionnettes de puissances étrangères. Ces allégations, a-t-il dit, sont une "insulte" à un mouvement fondé sur des "principes merveilleux". Chris Patten a estimé qu'il était important de défendre ces principes et qu'il était ridicule de laisser entendre qu'un tel comportement serait dangereux pour les relations économiques. "Les exportations de la Chine vers les Etats-Unis ont augmenté de 1.600% en l'espace de 15 ans", a-t-il dit. "Alors, qui a besoin de qui ?" L'ancienne colonie britannique rétrocédée à la Chine dans le cadre de la formule "un pays, deux systèmes" bénéficie d'un régime spécial lui accordant plus d'autonomie et de liberté qu'en Chine continentale. Mais le mouvement pro-démocrate dénonce dans la rue les procédures électorales fixées cet été par Pékin pour le prochain scrutin, en 2017. Les manifestants rejettent notamment la sélection préalable des candidats par un comité dont les membres seront en partie désignés par le pouvoir. (David Brunnstrom; Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant