Le derby de Corée aura bien lieu .

le
0
Le derby de Corée aura bien lieu .
Le derby de Corée aura bien lieu .

Ce n'est un secret pour personne, les relations entre les deux Corées ne sont pas au beau fixe en ce moment. Alors quoi de mieux qu'une bonne finale de football entre les deux nations pour apaiser un peu les tensions ?

Kim Jong-un en a rêvé cet été. Il l'a donc offert à son peuple. Le grand héritier a organisé une finale de Coupe du monde entre la Corée du Nord et le Portugal. Bien entendu, c'était un gros fake qui nous a bien fait marrer de l'autre côté du mur. Mais il faut s'imaginer dans quel état d'esprit se trouvent les supporters nord-coréens à l'heure actuelle. Ils ont assisté au sacre de Pyongyang sur CR7 en juillet. Ils sont maintenant sur le toit du monde. Les meilleurs. Plus personne au-dessus d'eux. Et ce n'est pas l'affiche du jour qui va les faire changer d'avis. Après avoir sorti les Émirats arabes unis ou encore l'Irak, la Corée du Nord est en finale des Jeux asiatiques. Pour eux, ils sont ENCORE une fois au sommet. Et comme l'histoire est parfois gourmande, la Corée du Nord y retrouve son frère ennemi. La Corée du Sud. Oubliez Wolfsburg-Lille ou Guingamp-PAOK Salonique, aujourd'hui la grosse affiche, ce sont les Guerriers Taeguk contre les Chevaux ailés. Rendez-vous à 13h sur un streaming clandestin.
Estrosi et la Corée du Sud
Qu'on soit d'accord, sportivement, ce match n'a aucun intérêt. Ce ne sont même pas les vraies équipes qui jouent. Seulement les jeunes de moins de 20 ans. En fait, tout l'intérêt de ce match réside dans l'histoire immédiate. Ce match est déjà historique. Avant toute chose parce que les JA se déroulent à Incheon en Corée du Sud. Léger avantage au Sud. Mais aussi parce que les polémiques, tensions et propagandes plombent la fête depuis le début des Jeux le 19 septembre dernier. Des sales histoires éclipsent tout le reste. Trois affaires de dopage. Le boycott forcé des pom-pom girls nord-coréennes. Le tournoi de foot féminin remporté par la Corée du Nord qui a battu la Corée du Sud dans les dernières secondes en demi-finale. La banderole à l'effigie d'An Jung-geun, assassin du Premier ministre japonais en 1950, déroulée par les supporters sud-coréens pendant le quart de finale contre les Nippons. Et enfin le retrait de tous les drapeaux étrangers aux abords d'Incheon. Comme quoi, Christian Estrosi déteint surtout à l'étranger. Un climat anxiogène plane sur ces Jeux. Et cette finale, c'est donc l'apothéose de l'angoisse. L'affrontement final. Le derby de Corée. Le seul moyen légal de confronter les deux pays.


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant