Le derby basque version guide du routard

le
0
Le derby basque version guide du routard
Le derby basque version guide du routard

La rivalité qui oppose Athletic Club et Real Sociedad est plus que centenaire. Un antagonisme qui demeure plutôt sain, puisque les deux plus grandes villes du Pays basque ne boxent pas dans la même catégorie. En atteste cette tentative de comparaison.

  • Quel niveau de vie pour Bilbao et San Sebastián ?


    À l'instar de la France, l'Espagne n'échappe pas aux classements des villes où il fait bon vivre. Coincée entre Vitória, Gijón ou encore Pampelune, la capitale basque s'octroie la quatrième place d'une étude menée par l'Organisation de consommateurs et d'utilisateurs - une sorte d'UFC Que Choisir sauce espagnole. Une distinction que Bilbao doit en grande partie à son système sanitaire, son offre culturelle et la qualité de ses transports. Pour sûr, sa situation géographique, sur la façade Atlantique, est tout sauf un poids, son vieux centre ville également. Moins peuplée, San Sebastián répond à d'autres caractéristiques. "Ville dans le monde qui compte le plus d'étoiles Michelin en proportion de sa population", dixit l'office de tourisme local, Donostia - son appellation basque - est considérée comme la station balnéaire la plus huppée d'Espagne. Le mètre carré s'y vend une petite fortune, ses troquets alignent des tarifs tout ce qu'il y a de plus parisien, et ses habitants ne connaissent que vaguement la définition de crise économique. Pour sûr, le Pays basque correspond bien à la région la moins touchée par le séisme financier qui a frappé l'Espagne en 2008.

  • Quel monument caractérise Bilbao et San Sebastián ?


    Dans l'imaginaire commun, Anoeta ne représente pas le symbole de San Sebastián. Heureusement, tant l'enceinte des Txuri Urdin appelle de ses vœux une rénovation en bonne et due forme. Deux kilomètres plus au nord, le panorama diverge. La baie de la Concha offre un paysage idyllique, voire paradisiaque. Étalée sur deux plages, elle est également habitée par une petite île en son cœur. Plus qu'un monument, la Concha est bien l'image de marque de San Sebastián, aussi bien en Espagne qu'à l'étranger. À Bilbao, idem : San Mamés, enceinte mythique de l'Athletic, n'en est pas pour autant l'ambassadeur de la ville. Cette tâche incombe au musée Guggenheim, fleuron de l'architecture locale. Construit en 1997, ce muséum se devait de redorer l'image d'une capitale basque frappée, quelques années plus tôt, par la désindustrialisation de son économie. Plus qu'une ouverture culturelle, Guggenheim se veut la partie visible - et esthétique - d'un plan de redressement économique de la ville. Un pari réussi : bah oui, lorsque l'on…




  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant