Le dégel du permafrost pourrait accentuer le réchauffement climatique

le
0
LE DÉGEL DU PERMAFROST POURRAIT ACCENTUER LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE
LE DÉGEL DU PERMAFROST POURRAIT ACCENTUER LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

par Alister Doyle et Regan Doherty

DOHA (Reuters) - La fonte du pergélisol (permafrost en anglais), ces sols gelés quasiment en permanence dans les régions arctiques d'Amérique du Nord et de Sibérie, pourrait accentuer le réchauffement climatique et cette menace n'a pas encore été vraiment prise en compte dans les projections de hausse de température d'ici 2100, a mis en garde l'Onu mardi.

Dans un rapport rendu public lors de la conférence des Nations unies sur le changement climatique à Doha, le Programme de l'Onu pour l'environnement (PNUE) souligne qu'une accélération de la fonte du pergélisol libérerait dans l'atmosphère d'énormes quantités de dioxyde de carbone et de méthane stockées dans les sols parfois depuis des millénaires.

On estime que le pergélisol, qui couvre près d'un quart de l'hémisphère Nord, contient 1.700 milliards de tonnes de dioxyde de carbone, soit le double de la quantité actuellement présente dans l'atmosphère.

"Le pergélisol a commencé à fondre", a déclaré le responsable de cette étude, Kevin Schaefer, de l'Université du Colorado, lors d'une conférence de presse à Doha.

Or cette fonte signifie que les projections de l'Onu sur la hausse des températures d'ici 2100 "pourraient être trop basses", a-t-il ajouté.

Dans un rapport publié la semaine dernière, le PNUE a estimé que le rythme de l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre devrait entraîner une hausse des températures mondiales comprise entre 3° et 5° Celsius d'ici la fin du siècle.

Les experts de l'Onu jugent qu'une hausse supérieure à 2° provoquera des bouleversements climatiques tels que sécheresses, inondations ou encore élévation du niveau de la mer et que ces phénomènes provoqueront eux-mêmes des crises humanitaires et diplomatiques.

NOUVEAU TRAITÉ

Le rapport de la semaine dernière ne prend toutefois pas pleinement en compte les effets d'une fonte du pergélisol, souligne le PNUE, qui craint un cercle vicieux par lequel cette fonte aggraverait le réchauffement climatique qui alimenterait lui-même le dégel.

"Le pergélisol est l'une des clés pour l'avenir de la planète car il contient une quantité importante de matière organique gelée qui, une fois décongelée et libérée dans l'atmosphère, devrait amplifier le réchauffement actuel de la planète", prévient Achim Steiner, directeur exécutif du PNUE.

"L'impact potentiel de la fonte du pergélisol sur le climat, les écosystèmes et les infrastructures a été négligé pendant trop longtemps", ajoute-t-il.

Les représentants de près de 200 pays réunis à Doha sont censés entamer une réflexion sur la rédaction d'un nouveau traité international sur la limitation des émissions de gaz à effet de serre. Ce traité est censé être conclu en 2015 pour une entrée en vigueur en 2020.

Ces négociateurs "doivent prendre en compte ces émissions (liées à la fonte du pergélisol) ou nous risquons de pulvériser le seuil maximal de réchauffement de 2°", a dit Kevin Schaefer.

Bertrand Boucey pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant