Le déficit US baisserait mais pas la dette

le
0
LE DÉFICIT BUDGÉTAIRE AMÉRICAIN REPASSERAIT CETTE ANNÉE SOUS LA BARRE DES 1.000 MILLIARDS DE DOLLARS
LE DÉFICIT BUDGÉTAIRE AMÉRICAIN REPASSERAIT CETTE ANNÉE SOUS LA BARRE DES 1.000 MILLIARDS DE DOLLARS

WASHINGTON (Reuters) - Le déficit budgétaire américain repassera cette année sous la barre des 1.000 milliards de dollars, pour la première fois depuis l'arrivée au pouvoir de Barack Obama, selon des projections publiées mardi par le Congressional Budget Office (CBO) qui met toutefois en garde contre la montée de la dette publique.

L'agence indépendante d'évaluation budgétaire du Congrès prévoit que le déficit budgétaire pour l'exercice fiscal 2013, clos au 30 septembre, sera ramené à 845 milliards de dollars après quatre années consécutives au-dessus des 1.000 milliards de dollars grâce à la reprise de l'économie et au relèvement des impôts sur les hauts revenus.

L'analyse du CBO, qui servira de base aux vifs débats au Congrès sur la maîtrise du déficit et de la dette publics, fait l'hypothèse d'une mise en oeuvre effective au 1er mars de 85 milliards de dollars de coupes budgétaires automatiques conformément à l'accord dit du Nouvel An entre républicains et démocrates destiné à éviter une plus grande rigueur budgétaire.

Ces coupes programmées et le relèvement des impôts pèseront sur l'activité, estime le CBO qui s'attend à ce que la croissance tombe à 1,4% en rythme annuel à la fin de cette année empêchant un recul du chômage dont le taux devrait s'établir à 8,0% à cette échéance contre 7,9% actuellement.

Selon cette analyse du CBO, la première qui prend en compte le compromis budgétaire du Nouvel An, l'économie américaine accélérera à nouveau à partir de 2014, favorisant les rentrées fiscales même en l'absence de nouvelles hausses d'impôts ou de réductions des dépenses.

Le déficit budgétaire devrait ainsi être ramené à 616 milliards de dollars pour l'exercice fiscal 2014 et 430 milliards de dollars l'année suivante, soit l'équivalent de 2,4% du PIB américain à cet horizon, un ratio que beaucoup d'économistes jugent soutenable.

Les déficits recommenceront néanmoins à augmenter vers le milieu de la décennie sous l'effet du vieillissement de la population, de la hausse des dépenses de santé et des charges de la dette, pour s'approcher à nouveau du seuil des 1.000 milliards de dollars en 2023, selon les projections du CBO.

Le déficit cumulé sur dix ans atteindrait 6.958 milliards de dollars, selon l'agence qui met en garde contre une poursuite de la montée de la dette publique.

Le taux d'endettement ressortirait à 77% du PIB à l'horizon 2023, le ratio le plus élevé depuis les années 50 où il intégrait le coût financier de la Seconde Guerre mondiale.

Ce niveau d'endettement risque de limiter les marges de manoeuvres en cas de ralentissement de l'activité ou de conflit armé impliquant les Etats-Unis et de provoquer un phénomène d'éviction des emprunteurs privés pénalisant la croissance, prévient le CBO.

Les républicains se sont saisis du rapport pour souligner qu'il illustre leurs pires craintes - à savoir le déclenchement aux Etats-Unis d'une crise de la dette à l'européenne - si des mesures radicales de réduction des dépenses ne sont pas prises, en particulier dans les systèmes de protection de la santé Medicare et Medicaid.

Les démocrates ont de leur côté mis en avant les progrès réalisés dans la réduction des déficits et le soutien de la politique budgétaire à la reprise de l'économie.

David Lawder, Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux