Le déficit structurel, un indicateur ambigü

le
0
La règle d'or prévoit un déficit structurel maximal de 0,5% du PIB. Mais les institutions internationales ne s'accordent pas sur la méthode de calcul de cet indicateur.

La France est sur le point de faire sienne la règle, prévue par le Traité budgétaire européen, d'un déficit structurel limité à 0,5% du PIB. L'objectif fixé est clair. Mais la définition même de solde structurel n'est dans la pratique pas dénuée d'ambiguïtés, ce qui peut rendre malaisée son application concrète.

«Le solde structurel signifie le solde corrigé des variations conjoncturelles, déduction faite des mesures ponctuelles et temporaires», précise le Traité. Concrètement, le déficit structurel isole la partie du déficit qui n'est pas impactée par la croissance. «Lorsqu'on est en haut du cycle économique, les prestations sociales sont élevées et les rentrées fiscales sont faibles, ce qui creuse le déficit, explique Cédric Thellier, économiste chez Natixis. Le déficit structurel vise à mesurer l'effort réalisé par les gouvernements, indépendamment de ce contexte».

Pour ce faire, les différentes institutions qui le calculent évaluent la sen

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant