Le déficit public à 4,0% du PIB en 2014, la dette à 95%

le
7
LA FRANCE A RÉDUIT SON DÉFICIT PUBLIC EN 2014 MAIS LA DETTE A PROGRESSÉ
LA FRANCE A RÉDUIT SON DÉFICIT PUBLIC EN 2014 MAIS LA DETTE A PROGRESSÉ

PARIS (Reuters) - Le déficit public de la France s'est élevé à 4,0% du produit intérieur brut en 2014, soit nettement moins que le dernier objectif du gouvernement, qui se situait à 4,4%, selon les premiers résultats des comptes nationaux des administrations publiques publiés jeudi par l'Insee.

Mais la dette publique a progressé de 84,4 milliards d'euros l'an passé pour atteindre 2.037,8 milliards d'euros, un nouveau record, soit l'équivalent de 95% du PIB contre 92,3% un an plus tôt.

Elle ressort légèrement en deçà de la marque de 95,2% retenue dans la dernière version de la trajectoire des finances publiques pour l'an passé.

Par comparaison, le déficit, qui agrège les soldes des comptes de l'Etat, des collectivités locales et des administrations de Sécurité sociale, représentait 4,1% de la richesse nationale fin 2013.

Dans un communiqué, le ministre des Finances Michel Sapin souligne que les chiffres meilleurs que prévu de 2014 ouvrent "la perspective d'une révision à la baisse du déficit public en 2015, aux alentours de 3,8% du PIB" contre 4,1% prévu jusqu'à présent.

Le gouvernement tablait à l'origine sur un déficit public de 3,6% du PIB en 2014, une prévision portée à 3,8% au printemps puis 4,4% à l'automne quand il a révisé sérieusement à la baisse, de 0,9% à 0,4%, ses anticipations pour la croissance économique de l'année.

Invoquant les effets négatifs de la faiblesse de l'inflation et de la croissance, il avait dans le même temps renoncé à ramener ce déficit public sous 3% du PIB à l'horizon 2015.

Cette décision a été entérinée par l'Union européenne, qui a accordé un nouveau délai, le troisième en l'espace de six ans, à la France pour y parvenir, cette fois en 2017, avec une première étape à 4,1% fin 2015.

Avec les annonces récentes de soldes négatifs pour les comptes de l'Etat comme de la Sécurité sociale moins importants que prévu initialement, le gouvernement avait laissé entendre clairement que le déficit public total de 2014 serait inférieur à 4,4%.

Dans son communiqué, Michel Sapin indique que "le gouvernement est pleinement confiant dans sa capacité à ramener le déficit public sous 3% d'ici 2017, tout en confortant la reprise de l'activité et en finançant ses priorités."

(Yann Le Guernigou, édité par Jean-Baptiste Vey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • guerber3 le jeudi 26 mar 2015 à 09:47

    La finance, c' est sans aucun doute le seul domaine oû l' on peut lire autant d' aneries...!!!

  • paspad le jeudi 26 mar 2015 à 09:28

    enfumeurs socialos ................. c'est du à l'inflation nulle et à la baisse de la facture énergétique ................. et surement pas aux prétendues économies

  • M7713438 le jeudi 26 mar 2015 à 09:23

    M4416356, tu ne donnes pas l'augmentation avant 2012. Sarko n'a pas grand chose de ce côté là lui non plus ...

  • M4416356 le jeudi 26 mar 2015 à 08:52

    1717 mds en mars 2012, 2038 mds fin 2014...il y en a encore qui vont dire que c'est la faute à Sarko.

  • abacchia le jeudi 26 mar 2015 à 08:51

    On pourra bien le tourner comme on veut, les -0,4% de déficit par rapport aux "prévisions" est équivalent, peu ou prou, à l'augmentation de la dette (je vous laisse faire le calcul). Le gouvernement attend donc patiemment que la croissance de nos partenaires augmente suffisamment pour tirer la nôtre, et en attendant, avoir recours à la dette pour compenser l'absence totale de vraies réformes structurelles !

  • guerber3 le jeudi 26 mar 2015 à 08:47

    Un gouvernement de nullités qui ne cesse de faire la morale : crédibilité nulle...allez voter, braves gens...!

  • kazumi11 le jeudi 26 mar 2015 à 08:40

    Bientot la France vas tirer la langue comme les Grecs!