Le déficit des hôpitaux s'est encore creusé en 2015

le
0
Le déficit des hôpitaux s'est encore creusé en 2015
Le déficit des hôpitaux s'est encore creusé en 2015

Les comptes des hôpitaux publics ont continué de se dégrader en 2015, avec un déficit global cumulé estimé à 411 millions d'euros, selon les résultats provisoires dévoilés ce mercredi par la Direction générale de l'offre de soins (DGOS). Le déficit s'aggrave de près de 170 millions d'euros par rapport à 2014, année où il s'était creusé à 243 millions.

Il «s'établit à -0,5% du total des produits», «un taux très modéré par rapport à un budget de 75 milliards d'euros» souligne la DGOS, qui voit dans ces résultats une «stabilisation» de la situation financière des hôpitaux. La moitié du déficit serait «imputable à 26 établissements en 2015 contre 36 en 2014», a par ailleurs souligné Anne-Marie Armanteras-de Saxcé, directrice générale de l'offre de soins.

«Un effort de productivité sans précédent»

Mais la détérioration est encore plus sévère en ce qui concerne les seuls comptes de résultats principaux (qui correspondent aux activités de soins, soit l'essentiel des budgets): leur déficit cumulé tourne autour de 590 millions d'euros en 2015, contre 382 millions en 2014.

Les établissements de santé publics ont réalisé «un effort de productivité sans précédent», a toutefois estimé Mme Armanteras-de Saxcé, pointant une activité «en croissance régulière» de 2,3% par an, alors que «les produits versés par l'assurance maladie (les recettes, ndlr) enregistrent une moindre progression (+2% en 2015)».

Marisol Touraine annonce un plan d'investissement

«Les établissements ont largement actionné le levier de la masse salariale» a-t-elle ajouté,«les dépenses de personnels» n'ayant augmenté que d'1,75% en 2015 contre 2,7% en 2014, grâce notamment à des «organisations» plus efficaces. L'investissement hospitalier s'établit à un peu plus de 4 milliards d'euros, conformément «à la stratégie nationale d'investissement fixée en 2012» et «au cadrage prévisionnel de 4,5 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant