Le déficit budgétaire des Etats-Unis au plus bas depuis cinq ans

le
1
LE DÉFICIT BUDGÉTAIRE DES ÉTATS-UNIS AU PLUS BAS DEPUIS CINQ ANS
LE DÉFICIT BUDGÉTAIRE DES ÉTATS-UNIS AU PLUS BAS DEPUIS CINQ ANS

WASHINGTON (Reuters) - La hausse de la fiscalité, la baisse des dépenses et la reprise de l'économie ont réduit de près de moitié le déficit budgétaire des Etats-Unis au cours de l'exercice 2013, clos fin septembre, le ramenant à son plus bas niveau depuis 2008, montrent les statistiques publiées mercredi par le département du Trésor.

Les dépenses ont excédé les recettes de 75,1 milliards de dollars le mois dernier, portant le déficit annuel à 680 milliards (495 milliards d'euros), contre 1.089 milliards sur l'exercice 2012.

En pourcentage du produit intérieur brut (PIB), le déficit a ainsi été ramené à 4,1% contre 6,8% sur l'exercice 2012, précise le Trésor.

La réduction du déficit budgétaire a atteint ces quatre dernières années son rythme le plus élevé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a souligné le secrétaire au Trésor, Jack Lew.

"Le Congrès doit s'appuyer sur ces progrès pour aboutir à un accord budgétaire favorable à l'emploi et favorable à la croissance, qui renforce l'économie tout en maintenant la discipline budgétaire", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Ces statistiques ont été publiées le jour même de l'ouverture au Congrès d'une nouvelle série de négociations sur le budget, dans le cadre d'une commission de 29 membres réunissant démocrates et républicains.

Créée après le "shutdown", la fermeture pendant 16 jours au début du mois de la plupart des administrations fédérales, cette commission a jusqu'au 13 décembre pour tenter de s'accorder sur des mesures permettant de réduire, sinon d'éviter totalement les 109 milliards de dollars de coupes budgétaires qui risquent d'entrer en vigueur en 2014.

Les déclarations faites au début de la réunion par les démocrates et les républicains ont confirmé qu'un accord de grande ampleur sur la réduction à long terme du déficit restait hors de portée dans le contexte politique actuel.

Les membres du Congrès ont souligné au contraire l'importance d'aboutir à un accord plus modeste permettant d'alléger l'impact des coupes censées s'appliquer l'an prochain dans le cadre du "séquestre".

"Si cette réunion tourne au plaidoyer pour les impôts, nous n'irons nulle part", a prévenu d'emblée le républicain Paul Ryan, président de la commission du Budget à la Chambre des représentants.

Les chefs de file démocrates de la commission ont quant à eux dit souhaiter supprimer certaines niches fiscales bénéficiant aux entreprises et aux plus hauts revenus.

Jason Lange; Marc Angrand pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • k.lys le jeudi 31 oct 2013 à 10:09

    c'est une excellente nouvelle, seulement 4.1% de déficit. Avec un taux chomage qui baisse également de façon vertigineuse et une croissance extraordinaire, nul doute que le pays chef de file du G7 est sorti de l'ornière, et va entrainer dans son sillage le Japon, l'europe, et les pays émergents vers une ère de prospérité grandiose et partagée. La seule ombre au tableau, c'est qu'avec toutes cette croissance et ces richesses générées, la FED ne soit tentée de remonter les taux.

Partenaires Taux