Le défi écologique qui attend la Chine

le
0
Air, eau, sols: le coût de la dégradation de l'environnement représenterait 3% du PIB

À Pékin

C'était il y a quelques jours. Recouverte par un épais nuage grisâtre, la ville de Pékin a été contrainte de fermer plusieurs axes routiers et de nombreux vols furent fortement perturbés. Alors que les autorités évoquaient «une pollution légère», l'ambassade des États-Unis qui effectue un relevé en temps réel de la qualité de l'air et le publie sur son site Internet et Twitter, parlait « d'un niveau dangereux.» De quoi créer une belle polémique, le quotidien officiel Beijing Times accusant les diplomates américains de faire de la surenchère en annonçant des indices de pollution plus alarmants. Pendant ce temps, les internautes exaspérés par la mauvaise qualité de l'air multipliaient les railleries sur la Toile…

Les poussières émises par les centrales thermiques à charbon sont très largement en cause dans cette pollution atmosphérique récurrente de la capitale chinoise. Mais il y a aussi le trafic routier. L'an dernier, 2000 véhicules nouveaux

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant