Le défi de Mercier à la Justice : des jurés dans les tribunaux correctionnels

le
0
Si la suppression du juge d'instruction semble abandonnée, l'Élysée n'a pas renoncé à la réforme du Code pénal.

Le baptême du feu attend rapidement le nouveau ministre de la Justice: avec l'examen du texte sur la garde à vue à l'Assemblée nationale, Michel Mercier va devoir plonger dans les jours à venir au cœur de l'un des dossiers, actuellement, les plus sensibles de son ministère. Sous la pression du Conseil constitutionnel et de l'Europe, son prédécesseur Michèle Alliot-Marie a dû se résoudre à changer la loi pour accroître la place des avocats auprès de leurs clients dans les commissariats. La copie, déjà présentée en Conseil des ministres, vient encore d'être remaniée à la suite des observations de la Cour de cassation. Les avocats, nombreux dans les rangs des parlementaires, jugent pourtant encore le texte insuffisant. À l'opposé, les représentants des policiers craignent déjà pour les résultats de leurs enquêtes.

Si la suppression du juge d'instruction semble abandonnée, l'Élysée n'a pas renoncé à réformer le Code pénal: l'introduction des jurés popula

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant