Le décret anti-escabeau fâche les arboriculteurs

le
72
Le décret anti-escabeau fâche les arboriculteurs
Le décret anti-escabeau fâche les arboriculteurs

Nulle, déconnectée du terrain, anticompétitive : les qualificatifs fusent dans la bouche des arboriculteurs français, très remontés contre une transposition du droit européen dans le Code du travail, qui interdit les échelles, escabeaux et marchepieds comme postes de travail permanents.

« Le cueilleur de pommes est assimilé à un élagueur-voltigeur, c'est absurde », pointe Luc Barbier, exploitant à Hoëville (Meurthe-et-Moselle) et président de la Fédération nationale des producteurs de fruits (FNPF). Si ce décret européen datant du 7 mars 2008 a mis plus de cinq ans à être transposé en France, dans l'article R. 4323-63 du Code du travail, cette nouvelle contrainte tombe au plus mal pour une profession déjà confrontée à une crise des vocations.

« Le texte a été mis en place en catimini, par un fonctionnaire qui s'est basé sur des statistiques, sans doute pour protéger les salariés du BTP, se lamente Thierry Moisy, qui produit 600 t de pommes par an à Saint-Paterne-Racan (Indre-et-Loire). Mais ce technocrate n'a pas mesuré l'impact dans les vergers, où l'escabeau constitue un outil quotidien. » Thierry Moisy se souvient avoir reçu un mail des organisations professionnelles l'été dernier, « mais les équipes de cueilleurs étaient déjà organisées ». C'est donc en 2014 que l'article prend pleinement son effet.

Un quart des saisonniers étaient mineurs dans le Cher

Les conséquences sont nombreuses. « Je n'emploie plus aucun mineur », dit Pascal Clavier, arboriculteur à Saint-Martin-d'Auxigny (Cher) sur 50 ha, qui ne sait pas encore comment il s'organisera cet été. Les moins de 18 ans de la région avaient là un moyen de se constituer un petit pécule l'été. Pour eux, c'est fini. En 2010, ils représentaient encore un quart des saisonniers. Autre incidence  : sur la conduite de l'exploitation et l'équipement de ces agriculteurs, concurrencés par la Pologne, l'Italie et l'Allemagne. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gnapi le mardi 13 mai 2014 à 15:13

    Et allez !!! encore une fabrique à chomeurs en perspective ... à force de légiférer sur tout et n'importe quoi on tu e l'économie et les libertés ! Economie au sens premier du terme. Qui permet le business mais aussi le développement social et l'épanouissement.

  • nebraska le vendredi 9 mai 2014 à 11:17

    La seule économie commune étant l'industrie du bâtiment ne pouvant être délocalisée. Chacun des pays de l'Europe sera donc Spécialisé dans une seule et unique branche. Et peu importe le taux de chomage que cela engendrera par la suite.

  • nebraska le vendredi 9 mai 2014 à 11:14

    L'Europe va créer l'appauvrissement de ses peuples, par et pour ses peuples.

  • nebraska le vendredi 9 mai 2014 à 11:13

    Il faut donc abandonner les pans de notre économie, qui ont une faible valeur ajoutée, aux pays ayant de faibles revenus. Nous ne conserverons au final que l'énergie, donc autant dire que nous ne sommes pas encore sortis du nucléaire.

  • nebraska le vendredi 9 mai 2014 à 11:12

    Compte tenu du fait que nous avons intégrés de très nombreux pays à l'Europe, "nous" devons en payer la facture. A savoir que les pays de l'Europe se sont toujours partagés les structures de production : industrie à l'Allemagne, finance à la GB, agriculture à la France. La rentrée dans l'Europe de la multitude de pays EX-URSS change totalement la donne.

  • A4DF14 le dimanche 4 mai 2014 à 20:12

    Et pourtant ce sont des députés élus par nous. Bon c'est vrai on vote pour des loosers qui ne participent même pas aux délibérations . Alors pourquoi se plaint on,?,,,,

  • marc2750 le dimanche 4 mai 2014 à 14:36

    Supprimons le travail, cette chose dangereuse ainsi les accidents de travail n'existeront plus.

  • denisam1 le dimanche 4 mai 2014 à 14:35

    ARC et flèches comme au moyen AGE

  • restif1 le dimanche 4 mai 2014 à 11:17

    N'accusons pas l'Europe de tous les maux. On ne fait pas mieux: c'est nous qui avons inscrit le principe de précaution dans la Constitution.

  • ddenis14 le dimanche 4 mai 2014 à 10:55

    Qui a dit que c'était l'Europe qui imposait ce réglement?