Le décès de l'ex-porte-parole de Reagan lié à l'attentat de 1981

le
0

WASHINGTON, 9 août (Reuters) - La mort de l'ancien porte-parole de Ronald Reagan, James Brady, est considérée comme un homicide, son décès résultant de ses blessures lors de l'attentat contre l'ancien président américain en 1981, a annoncé vendredi la police de Washington. James Brady est mort lundi à Alexandria, en Virginie, à l'âge de 73 ans. Il avait été grièvement blessé à la tête lors de l'attentat commis le 30 mars 1981 contre Ronald Reagan à Washington par John Hinckley Junior. Contraint de se déplacer dans un fauteuil roulant, Brady, qui était devenu un fervent partisan du contrôle des armes à feu aux Etats-Unis, connaissait depuis de graves problèmes de santé. "Nous enquêtons en suivant la piste d'un homicide", a déclaré l'officier Hugh Carew, porte-parole de la police de Washington. On ignore si cette qualification va entraîner l'ouverture de nouvelles poursuites contre John Hinckley, déclaré pénalement irresponsable de l'attentat contre Reagan du fait de ses troubles mentaux. Outre Brady et Reagan, un agent de police et un membre du Secret Service, l'unité de protection des présidents américains, avaient été blessés dans l'attentat. Aujourd'hui âgé de 59 ans, John Hinckley vit incarcéré dans un hôpital psychiatrique spécialisé. Il avait expliqué son geste par la volonté d'impressionner l'actrice Jodie Foster, pour laquelle il vouait une admiration obsessionnelle. (Ian Simpson; Pierre Sérisier et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant