Le débriefing de la conférence de presse de Michel

le , mis à jour à 15:10
0
Le débriefing de la conférence de presse de Michel
Le débriefing de la conférence de presse de Michel

Présent samedi en conférence de presse, Michel est longuement revenu sur la mauvaise passe de l'OM. Selon l'Espagnol, il y a effectivement une crise de résultats, mais il n'est pas nécessaire de changer de coach.

Pas besoin de changer de coach

Attendu de pied ferme après la défaite de jeudi dernier contre le Sporting Braga (3-2, 3eme journée de la phase de poules de la Ligue Europa), c’est un Michel réaliste qui s’est présenté samedi en conférence de presse. Malgré une première zone de turbulences, l’ex-coach de l’Olympiacos Le Pirée reste bien accroché à la barre du navire olympien. « Les supporters savaient que ça allait être une saison difficile, a déclaré le coach espagnol. C’est ce qu’ils me disent. Quand je vois les fans dans la rue, ils ne me demandent pas de partir. Je ne pense pas ce soit un problème d’entraîneur. Changer de coach, ça ne changera rien aujourd’hui. Je sais ce que dois faire, j’ai le sens des responsabilités. Aujourd’hui, il y a une crise de résultats, c'est vrai. Mais on ne peut pas oublier l'histoire de l'OM et la situation dans laquelle je suis arrivé. Je ne suis pas un magicien. (…) Si on compare à la saison dernière, le budget a été revenu à la baisse et nous avons perdu des joueurs. »


Un match d’hommes contre Lille

Alors que les coéquipiers de Steve Mandanda restent sur sept matchs sans le moindre succès, toutes compétitions confondues, la pression est au maximum avant l’affiche de dimanche contre Lille (11eme journée de Ligue 1). Une situation qui n’échappe pas à Michel qui cherche à désamorcer la situation. « Après le match de Braga, il y a une situation de stress énorme de la part des joueurs, a expliqué ce samedi le technicien espagnol devant les journalistes. Pour jouer à l'OM, il n'est pas nécessaire d'être un très bon joueur mais il faut supporter la pression. Demain, c'est un match d'hommes contre Lille. Les joueurs doivent mettre leur égo au service de l'équipe. S’ils font ce nous leur demandons, ça ira. Nous sommes une équipe qui n’a pas enchaîné une série de résultats. Cela stresse les hommes et génère des problèmes dans la tête des joueurs. »


Un nouveau changement derrière ?

Après avoir démarré avec une charnière composée de Nicolas Nkoulou et de Karim Rekik, le Néerlandais a récemment glissé sur le banc des remplaçants, Rolando étant associé au Camerounais lors des derniers matchs de championnat. Mais la défense marseillaise reste toujours aussi perméable et Michel semble aujourd’hui à court de solutions. « Je cherche, a-t-il concédé. On prenait beaucoup de buts avec la charnière Rekik-Nkoulou. C’est pour ça que j’ai changé. On a une expression en Espagne : on voit mieux le taureau depuis le gradin. Le coup de gueule de Vincent Labrune ? Nous avons tous nos responsabilités, que ce soit l'entraîneur ou le président. Je n'ai pas été consulté quand le président a décidé de prendre la parole dans les vestiaires après Braga. Je n'ai jamais vu un président intervenir comme ça, mais je préfère qu'il mette les joueurs devant leurs responsabilités. »

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant