Le débat sur l'interdiction en France relancé

le
0

Elle ne s'attendait pas à un tel succès... preuve de l'intérêt — et de l'émotion — que suscite le sujet. « Nous avons plus d'inscrits que de places », note la docteur Véronique Fournier, directrice du Centre éthique clinique qui organise aujourd'hui à l'hôpital public parisien Cochin (AP-HP) une journée-débat sur l'autoconservation des ovocytes pour raison d'âge. Car, contrairement à l'Espagne, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, le Canada, le Japon... la vitrification (congélation) des ovocytes n'est autorisée en France que pour des raisons médicales, dans le cas de traitements « susceptibles d'altérer la fertilité », comme une chimiothérapie. Petite avancée depuis fin 2015 : un décret autorise désormais les femmes à faire don de leurs ovocytes et à en conserver une partie pour elles... s'il en reste.

 

Une mesure insuffisante pour tarir le flux de patientes qui se rendent à l'étranger pour mettre de côté leurs ovules en vue d'une future grossesse. S'il n'existe pas de chiffres officiels, les cliniques frontalières ne cessent de voir augmenter le nombre de Françaises qui les visitent. Au moins plusieurs centaines par an.

 

Face à ce constat, René Frydman, père du premier bébé-éprouvette, relance le débat ce matin. Dans un manifeste publié en mai, le gynécologue pointait que « le principe d'une interdiction n'est pas fondé. D'autant que, pour les hommes, l'autoconservation de sperme en paillettes peut être réalisée sur simple ordonnance ». Les détracteurs de la vitrification « par convenance » évoquent, eux, un risque d'eugénisme. Sans aller jusque-là, Béatrice Rime, gynécologue à Rambouillet (Yvelines), s'interroge. « Je crois que cela crée l'illusion que l'on peut avoir un enfant à n'importe quel âge. Ce qui n'est pas vrai ! Si tout est autorisé, des filles de 25 ans s'y mettront sans plus se soucier du processus naturel qu'est la procréation. Sans parler du coût, car il faudrait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant