Le débat d'entre-deux tours ou le temps de la confirmation

le
4
Le débat d'entre-deux tours ou le temps de la confirmation
Le débat d'entre-deux tours ou le temps de la confirmation

par Chine Labbé

PARIS (Reuters) - Passage obligé de la course à l'Élysée, le débat télévisé d'entre-deux tours n'en est pas pour autant décisif et a pour principal effet de confirmer des tendances préexistantes, soulignent politologues et spécialistes des médias.

Le duel de mercredi soir entre le président sortant, Nicolas Sarkozy, et son rival socialiste, François Hollande, net favori des sondages, n'aurait ainsi qu'une incidence limitée sur le verdict des urnes, dimanche 6 mai.

"Ce débat sert à mobiliser ses troupes jusqu'au dernier moment, c'est d'abord un grand moment de confirmation où chaque camp, en regardant la télé, se mobilise derrière son candidat", souligne Christian Delporte, spécialiste de l'histoire des médias.

"On est à moins d'une semaine du deuxième tour et l'électorat est largement cristallisé. Pour moi, c'est plus un moment médiatique qu'un moment politique", ajoute-t-il.

Toujours est-il que pour les candidats, ce face-à-face constitue la dernière carte à jouer.

Comme Valéry Giscard d'Estaing en 1981 et Ségolène Royal en 2007, Nicolas Sarkozy, qui se trouve en position de challenger face au candidat socialiste, en a demandé plusieurs, espérant ainsi renverser une dynamique qui ne lui est pas favorable.

Mais François Hollande, porté par des sondages qui le placent largement en tête avec environ 10 points d'avance sur le président sortant (55% contre 45% des voix), lui a opposé une fin de non-recevoir.

Pour Nicolas Sarkozy, il s'agit "d'essayer de renverser la tendance", souligne Roland Cayrol, directeur de recherche à Sciences-Po Paris. "Au fond, si le match reste un référendum contre Sarkozy, il a perdu. Il lui faut donc imposer deux nouveaux terrains : le référendum pour ou contre Hollande et un match gauche-droite durci", estime-t-il.

"IL FAUDRAIT VRAIMENT UNE CATASTROPHE"

Face à lui, François Hollande a au contraire intérêt à camper sa position de "quasi-président", estiment les analystes.

"Ce qui est important pour Hollande, c'est que sa victoire soit évidente, et pour qu'elle soit évidente il faut se mettre dans une posture présidentielle, répliquer sans rentrer dans le jeu de Sarkozy qui, à l'inverse, va montrer de la combativité, de la pugnacité, au risque de paraître agressif", souligne Christian Delporte.

Mais avec des sondages qui annoncent une large victoire du candidat PS, et ce depuis le début de la campagne, sauf événement extraordinaire, le débat d'entre-deux tours ne fera sans doute pas bouger les lignes, pensent les analystes.

"Si on en est toujours là mercredi, il y a extrêmement peu de chance qu'un débat suffise à inverser la tendance, il faudrait vraiment une catastrophe jamais vue dans les débats européens ou américains", dit Roland Cayrol.

Les trois quarts des électeurs estiment d'ailleurs que ce face-à-face ne les fera pas changer d'avis, d'après un sondage TNS Sofres-Sofra Group pour i>Télé.

"Un tel débat peut être décisif lorsque les jeux sont proches de 50-50. Si on est celui qui semble gagner le débat, on peut à la marge gagner un point. Mais ça ne sert pas à grand-chose quand il y a déjà un écart très important", souligne Roland Cayrol.

Il n'y a qu'en 1974, quand Valéry Giscard d'Estaing lance à François Mitterrand le désormais célèbre "vous n'avez pas le monopole du coeur", que le débat télévisé a pu peser dans la victoire d'un prétendant à l'Élysée, estiment certains observateurs.

Au lendemain du débat, Valéry Giscard d'Estaing, qui remportera l'élection avec 50,81% des voix, gagne un demi-point dans les sondages.

"UN CHOC DE PERSONNALITÉS"

Ce duel télévisé, qui a eu lieu pour la première fois en 1974 sur une idée de l'équipe de Valéry Giscard d'Estaing, est devenu un rituel républicain. En près de quarante ans, seul Jacques Chirac s'y est refusé, en 2002, face au fondateur du Front national, Jean-Marie Le Pen.

Mais s'il est devenu incontournable, son principe n'est pas encore acquis en 1981. François Mitterrand impose alors à Valéry Giscard d'Estaing 21 conditions dont il reste des traces (pas de plan de coupe, pas de contrechamp, etc.).

"À partir du moment où il y a un deuxième débat, on n'est pas encore dans le rituel, mais c'est en train de devenir une tradition", souligne Christian Delporte. "En 1988, trois Français sur cinq disent vouloir un débat."

Sept électeurs sur dix disent avoir l'intention de regarder le débat de mercredi, que les commentateurs attendent comme le point d'orgue de la campagne.

"Il correspond bien à la nature même de l'élection, puisque c'est une élection individuelle", estime Christian Delporte. "C'est la rencontre d'un homme et d'un peuple, c'est un choc de personnalités."

Et s'il a peu d'impact sur le vote, il en reste "décisif" pour les électeurs, qui "attendent de voir comment leur candidat va se comporter par rapport à l'adversaire", explique Dominique Wolton, directeur de l'Institut des sciences de la communication du CNRS.

Au-delà de la confirmation d'un choix, ce débat constitue un temps fort de la vie politique française. "Pour l'ensemble du pays, c'est important de se donner l'idée que finalement les deux candidats sont à la hauteur ou pas", dit Dominique Wolton. C'est une forme de "légitimation d'un pays, d'un peuple".

édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3435004 le lundi 30 avr 2012 à 14:23

    Un choc ? Vu la mollesse, le flou, la propension à l'esquive (façon calmar avec jet d'encre médiapartesque) de ce qui est en face, c'est impossible. Il faudra que Sarkozy fasse bien attention de ne pas se laisser engluer dans les embrouilles truquées dont le Flanbinou a le secret.

  • M2711730 le lundi 30 avr 2012 à 13:53

    On peut douter de la pertinence des sondages!!!!On l'a vu au 1er tour.Tous les espoirs sont donc permis pour que Nicolas gagne et envoie Hollande aux oubliettes avec son équipe.D'ailleurs Mr Dray avec son ami DSK leur donnent rendez vous rue St Denis pour se consoler entre copains et copines.....

  • KAFKA016 le lundi 30 avr 2012 à 13:22

    exactement!!!

  • KAFKA016 le lundi 30 avr 2012 à 13:04

    FH Net favori des sondages !! mais 75% des électeurs n'ont pas voté pour lui au premier tour!!