Le Danemark suspend les adoptions d'enfants du Nigeria

le
0
Le Danemark suspend les adoptions d'enfants du Nigeria
Le Danemark suspend les adoptions d'enfants du Nigeria

Le Danemark a suspendu mardi les adoptions d'enfants nigérians, un mois après une opération de la police nigériane dans une «fabrique à bébés» où de jeunes femmes vendaient leurs nouveau-nés à des couples stériles.

«Aujourd'hui, j'ai décidé de suspendre toutes les adoptions du Nigeria, avec effet immédiat», a déclaré le ministre danois à l'Enfance, à l'Egalité des sexes, à l'Intégration et aux Affaires Sociales Manu Sareen sur Twitter.

«Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour protéger les enfants et apporter la sérénité aux familles», a-t-il ajouté dans un communiqué distinct. La décision de M. Sareen a été motivée par un avis de l'agence danoise régulant les adoptions, qui a estimé qu'il était «désormais injustifiable d'adopter des enfants» originaires du Nigeria, car il est «difficile» d'assurer un processus d'adoption «légal et éthique».

Jeg har i har dag besluttet at suspendere al adoption fra Nigeria med øjeblikkelig virkning

http://t.co/zy88CkTm03? Manu Sareen (@manusareen) 29 Avril 2014

29 enfants nigérians adoptés en France entre 2011 et 2013

Les couples qui ont déjà été mis en contact avec un enfant ne seront pas concernés par l'interdiction au Danemark. En France, aucune mesure similaire n'a encore été prise. Entre 2011 et 2013, 29 enfants originaires du Nigeria ont été adoptés par des couples français.

Les découvertes «d'usines à bébé» sont fréquente au Nigeria. Le 22 mars, la police nigériane avait libéré huit jeunes femmes enceintes vivant dans une maison près de Lagos utilisée comme maternité illégale, où elles attendaient leur accouchement pour pouvoir vendre leur nouveau-né 300 000 nairas (1 300 euros) chacun.

Cette nouvelle découverte porte à 125 le nombre de jeunes femmes secourues par la police dans les «fabriques à bébés» depuis 2011, la plupart de ces maternités illégales étant situées dans le sud-est du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant