Le dalaï-lama pense «sans urgence» à sa succession

le
0
Le chef spirituel des Tibétains a achevé, lundi à Toulouse, sa 14e visite en France, très discrète sur le plan politique.

Ils ont presque vingt ans d'écart et semblent partager une même jeunesse d'esprit. Le dalaï-lama, lui-même, a plaisanté à ce sujet, lundi, à Toulouse, devant Stéphane Hessel, 94 ans. L'auteur du célèbre best-seller Indignez-vous était venu introduire, devant près de 10.000 personnes, la dernière conférence du chef spirituel des Tibétains, sur le thème du «Bonheur». Il achevait là trois jours d'enseignement sur «Les étapes de la méditation» devant près de 10.000 personnes.

«J'ai toujours considéré le bonheur, a déclaré Stéphane Hessel, comme la "marchandise" la plus riche pour tous les échanges. Il faut être heureux pour donner du bonheur. Il faut aimer le bonheur contre tout ce qui l'empêche d'être ce qu'il doit: la jalousie, la haine et l'intolérance. Nous devons écouter le dalaï-lama dans le souci de mêler la sagesse de l'Orient et la sagesse de l'Occident et faire de ces deux grands ensembles un ensemble harmonieux.»

Ravi, le dala

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant