Le dalaï-lama dit vouloir rendre visite à Donald Trump

le
0
 (Actualisé avec réaction chinoise §7-8) 
    OULAN-BATOR, 23 novembre (Reuters) - Le dalaï-lama, chef 
spirituel des Tibétains, a annoncé mercredi qu'il avait 
l'intention de rendre visite au prochain président des 
Etats-Unis, le républicain Donald Trump.  
    Le geste du dalaï-lama, qui vit en exil à Dharamsala en Inde 
 depuis 1959, ne devrait pas manquer de susciter l'agacement de 
la Chine qui considère le moine bouddhiste et prix Nobel de la 
paix comme un dangereux séparatiste. 
    Interrogé lors d'une visite dans la capitale mongole, 
Oulan-Bator, le dalaï-lama a déclaré qu'il avait toujours 
considéré les Etats-Unis comme "le chef de file du monde libre". 
    "Je crois qu'il y a quelques problèmes pour aller aux 
Etats-Unis, aussi irai-je voir le nouveau président", a dit 
Tenzin Gyatso aux journalistes, sans autre précision. 
    Le président sortant, le démocrate Barack Obama, a rencontré 
le dalaï-lama à la Maison blanche en juin dernier malgré les 
mises en garde de la Chine qui a dit que ce geste nuirait aux 
relations diplomatiques entre la Chine et les Etats-Unis. 
    Le dalaï-lama a été vu quatre fois à la Maison blanche lors 
des huit années du mandat de Barack Obama. 
    Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères 
a déclaré que le chef spirituel tibétain voyageait à travers le 
monde pour rencontrer les dirigeants de certains pays afin 
d'essayer de saper les relations entre ces Etats et la Chine. 
    "Nous espérons que la communauté internationale perçoit 
encore plus clairement l'essence séparatiste antichinoise du 
dalaï-lama et qu'elle gère de manière appropriée et prudente les 
questions relatives au Tibet", a déclaré Geng Shuang. 
     
 
 (Terrence Edwards; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant