Le curé qui avait un amant cocaïnomane

le
1
La sentence de la justice des hommes est tombée : deux ans de prison avec sursis pour le curé qui avait dupé ses paroissiens et distribué leurs deniers à Claudio, son amant cocaïnomane.

Cathédrale Saint-Théodorit d'Uzès (illustration). Crédits photo: tm-tm.
Cathédrale Saint-Théodorit d'Uzès (illustration). Crédits photo: tm-tm.

Sous les platanes, à l'ombre des remparts de l'imposant duché d'Uzès, on n'en revient pas: l'ex-curé de la paroisse, le père Jacques Castanier a été condamné à deux ans de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nîmes.

Moins que ne l'avait demandé, le 8 juin dernier, le vice-procureur de la République de Nîmes, Éric Emmanuelidis, qui avait grondé contre une mauvaise association entre «sexe, argent et drogue». Le parquet avait estimé que le curé devait être condamné à trois ans ferme et interdit d'exercer son ministère.

Depuis des mois, l'histoire défraie la chronique à Uzès, petite cité tranquille située entre vignobles et champs de lavande, à moins de 11 km du pont du Gard, qui frémit sous les frasques de son ex-curé et de son amant.

Le bon Dieu sans confession...

Âgé de 68 ans, l'ancien curé, jovial et bien intégré dans la cité, était poursuivi pour esc

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mardi 3 juil 2012 à 14:26

    On appelle ça encore un curé...