Le crowdfunding connaît un essor fulgurant en Europe

le
0

Sur les trois dernières années, ce marché encore naissant s'est développé de 146% par an en moyenne. Il pourrait atteindre 7 milliards d'euros cette année.

La finance participative gagne très vite ses galons en Europe, selon le premier rapport paneuropéen du crowdfunding, réalisé par EY et la Judge Business School de l'Université de Cambridge. Ce marché a bondi de 487 millions d'euros en 2012 à près de 3 milliards d'euros en 2014. Soit un taux de croissance annuel moyen de 146%. Entre 2013 et 2014, il a progressé encore de 144%. En 2015, il pourrait atteindre 7 milliards d'euros.

«Considéré au départ comme une simple niche, une innovation sans grande conséquence pour le système financier, le crowdfunding est désormais pris au sérieux par les investisseurs institutionnels» relève cette étude. En Europe, le Royaume-Uni est en avance. C'est le pays où la finance participative a pris le plus d'ampleur, puisqu'elle représente 2,34 milliards d'euros en 2014. La France est loin derrière (154 millions d'euros), suivie par l'Allemagne (140 millions d'euros), la Suède (107 millions d'euros), les Pays-Bas (78 millions d'euros) et l'Espagne (62 millions d'euros).

En France, le marché du financement alternatif - qui avait plus que triplé entre 2012 et 2013 (de 23 millions d'euros à 76 millions d'euros) - a encore doublé l'an dernier pour atteindre 154 millions d'euros. Soit une croissance moyenne de 167% en trois ans.

Le secteur qui se développe le plus vite est celui des prêts aux entreprises

Pour l'instant, en dehors du Royaume-Uni, le crowdfunding sert surtout à financer des prêts à des consommateurs. Cette activité a représenté plus de 274 millions d'euros en Europe continentale l'an dernier. Mais la forme de crowdfunding qui se répand le plus vite désormais est celle qui finance des prêts aux entreprises. Ce marché s'est envolé de 272% sur les trois dernières années, passant de 7,79 millions d'euros en 2012 à 93,1 millions d'euros en 2014. Sur les trois dernières années, les différentes plateformes de financement ont permis à près de 10.000 PME et start-up de lever 385 millions d'euros (hors Royaume-Uni).

En revanche, l'autre volet de la finance participative, qui consiste à accompagner des entreprises en prenant des parts de leur capital (sous forme d'actions ou de parts sociales), est à la traîne: il a progressé de 116% entre 2012 et 2014 pour atteindre 82,56 millions d'euros.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant