Le criminel de guerre nazi Laszlo Csatary est mort

le
0
Le criminel de guerre nazi Laszlo Csatary est mort
Le criminel de guerre nazi Laszlo Csatary est mort

Il avait été le criminel de guerre nazi le plus recherché au monde. Un an après son arrestation, le Hongrois Laszlo Csatary est décédé samedi à l'âge de 98 ans dans un hôpital de Budapest, a annoncé son avocat, Gabor Horvath. «Il est mort samedi matin à l'hôpital où il était soigné pour des maux intestinaux et a finalement contracté une pneumonie», a précisé l'avocat.

Laszlo Csatary, assigné à résidence à son domicile de Budapest dans l'attente de son procès, a ainsi échappé à la justice qui le poursuivait pour «crimes contre l'humanité». Il devait notamment répondre de la déportation de quelque 15 700 juifs vers les camps d'extermination nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, de 1941 à 1944. Ces juifs étaient détenus dans le ghetto de Kosice, en Slovaquie, à l'époque sous administration de la Hongrie, alliée de l'Allemagne nazie. «Il battait régulièrement les Juifs à mains nues ou avec un fouet sans aucune raison, sans égard à l'âge, le sexe ou à l'état de santé des détenus», avait indiqué l'office du procureur en Hongrie. Des accusations que Laszlo Csatary a toujours niées.

Laszlo Csatary, qui avait fêté son 98e anniversaire en mars dernier, avait été arrêté à Budapest en juillet 2012, alors qu'il figurait en tête de la liste des criminels de guerre nazis les plus recherchés au monde du Centre Simon Wiesenthal à Jérusalem. Il avait été retrouvé par des journalistes anglais puis arrêté dans la foulée dans la capitale hongroise.

Il a vécu en Hongrie sans être inquiété jusqu'à son arrestation en 2012

Plus d'un un an après son arrestation, des obstacles juridiques empêchaient toujours sa comparution au banc des accusés sur le sol slovaque.

Condamné à mort par contumace en 1948 à Kosice, alors en Tchécoslovaquie, Csatary s'était réfugié au Canada où il gagnait sa vie comme marchand d'art. En 1995, les autorités canadiennes ayant découvert sa véritable ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant