Le Crif salue l'engagement d'Hollande

le
0
La 28e édition de ce rendez-vous annuel s'est tenue dans un climat marqué par la recrudescence des actes antisémites.

Habitué des dîners du Crif, François Hollande s'y est rendu pour la première fois mercredi dans ses habits de président. Sans Jean-Marc Ayrault, car le chef de l'État a jugé que le Conseil représentatif des organisations juives de France pouvait se contenter d'une seule des deux têtes de l'exécutif, comme le font les autres institutions communautaires quand elles invitent les représentants de la République.

De nombreux ténors de la droite présents ces dernières années ont séché ­cette 28e édition du dîner. Patrick Devedjian était là, comme toujours. Michèle Alliot-Marie a fait un passage éclair, mais Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la mairie de Paris, est restée l'essentiel de la soirée, de même que Jean-François Copé, assis face à Jean-Louis Borloo. Tout le monde a souri quand François Hollande a fait une allusion à la motion de ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant