Le cri d'alarme de Findus sur la raréfaction du poisson

le
0
L'entreprise, qui affiche en 2011 une croissance de 7%, cessera d'utiliser des espèces menacées dans la fabrication de ses surgelés.

Les bâtonnets de poisson pané n'auront peut-être plus jamais le même goût. C'est l'une des conséquences de la raréfaction du poisson, comme matière première. «Le poisson est en train de devenir une denrée de plus en plus rare!», déclare Matthieu Lambeaux, directeur général de Findus France, leader du surgelé, dont les trois quarts des ventes provient de produits à base de poisson.

Les difficultés d'approvisionnement s'expliquent par l'augmentation de la consommation de poisson dans les pays émergents (Brésil, Chine, Russie) et par la baisse de la pêche depuis 2003. Avec une croissance de 5% par an, l'aquaculture représente encore un relais insuffisant, même si elle permet à la production mondiale de continuer à croître (145 millions de tonnes en 2009).

Plusieurs espèces sont déjà sous pression, parmi lesquelles le merlan bleu, utilisé jusque-là dans la fabrication du surimi et presque introuvable aujourd'hui, ou encore le merlu du Pacifique, utilisé pour l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant