Le crépuscule du pacte de stabilité et de croissance européen

le
1
Michel Sapin a succédé à Pierre Moscovici à Bercy, commissaire européen aux affaires économiques et monétaires. 
Michel Sapin a succédé à Pierre Moscovici à Bercy, commissaire européen aux affaires économiques et monétaires. 

Les règles budgétaires européennes ont du plomb dans l'aile. L'Espagne et le Portugal ont beau être en violation manifeste du pacte de stabilité et de croissance, les deux pays de la péninsule ibérique pourraient bien échapper aux sanctions financières prévues par les textes européens.

En mai, la Commission européenne avait prudemment décidé, après un débat interne animé, de reporter sa décision de proposer des sanctions au mois de juillet, le temps que l'Espagne élise une majorité stable et se dote d'un véritable gouvernement le 26 juin. Une décision qui avait été immédiatement dénoncée comme une atteinte aux règles européennes par les tenants de la discipline budgétaire en Europe. Ne leur en déplaise, l'Espagne et le Portugal devraient définitivement échapper aux sanctions financières de 0,2 % du PIB qu'elles auraient pu se voir infliger le mois prochain.

"Réduction ou annulation de l'amende"

Juridiquement, la Commission sera bien obligée de constater que les deux États de la zone euro n'ont pas pris les "actions suivies d'effets" pour réduire leurs déficits excessifs. Non seulement ils n'ont pas réduit leur déficit au niveau recommandé par leurs partenaires, mais en plus, ils n'ont pas fait assez d'efforts pour tenter d'y parvenir (la réduction du déficit dit "structurel", indépendant de la conjoncture économique).

Le gendarme budgétaire devra...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pcostepl il y a 6 mois

    ils oublient La France!!!!