Le Crédit immobilier de France est resté bénéficiaire en 2012

le
0
Le réseau bancaire condamné à une mort lente se débat pour tenter de sauver son expertise.

Le Crédit immobilier de France (CIF) plie mais ne rompt pas. L'établissement bancaire, sauvé par les pouvoirs ­publics le 31 août 2012, est resté bénéficiaire l'an dernier. À 34,3 millions d'euros, le bénéfice net a toutefois plongé de 56 %. «Le CIF est tout sauf une "bad bank". Ce n'est pas une usine à subprime comme certains l'ont laissé entendre», plaide François Morlat, le nouveau directeur général qui a pris les rênes du réseau il y a tout juste six mois: «Tout n'a pas été parfait, mais les fondamentaux sont très sains comme en témoigne un audit approfondi de Deloitte.»

C'est tout le paradoxe, selon lui. Alors que la banque s'est vue privée de son accès au marché après une dégradation de sa notation par Moody's, elle a dû appeler au secours l'État pour son financement. En échange de sa garantie, le gouvernement a promis d'engager une «résolution o...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant