Le crash du Boeing 777 d'Asiana à San Francisco fait deux morts

le
0

par Sarah McBride et Alistair Barr

SAN FRANCISCO/SEOUL (Reuters) - L'accident d'un Boeing 777 de la compagnie Asiana Airlines lors de son atterrissage samedi à l'aéroport international de San Francisco, qui a fait deux morts et plus de 180 blessés, n'est pas dû à une défaillance mécanique, affirme dimanche la compagnie aérienne sud-coréenne.

"Pour l'instant, nous pensons qu'il n'y a pas eu de problème provoqué par l'appareil ou par ses moteurs", a déclaré Yoon Young-doo, PDG de la compagnie, au siège d'Asiana à Séoul.

L'accident a coûté la vie à deux adolescentes chinoises qui étaient assises à l'arrière de l'appareil.

Yoon a refusé de s'exprimer directement sur l'hypothèse d'une défaillance humaine, précisant que la formation des trois pilotes respectaient les normes en vigueur en Corée du Sud. Les trois hommes cumulent ensemble plus de 10.000 heures de vol.

Yoon n'a pas non plus souhaité s'exprimer sur l'éventualité d'une erreur de la part des contrôleurs du trafic aérien à l'aéroport de San Francisco.

Selon des passagers et des témoins, l'appareil a essayé de reprendre de l'altitude juste avant de se poser mais sa queue s'est brisée en heurtant le sol et il s'est écrasé un peu plus loin en laissant une traînée de débris sur la piste.

Un incendie s'est aussitôt déclaré et les images diffusées par les chaînes de télévision montrent le fuselage calciné de l'avion, dont l'empennage s'est détaché. On voit par ailleurs l'intérieur du compartiment passagers, totalement calciné.

Le Boeing 777 en provenance de Séoul transportait 291 passagers et 16 membres d'équipage.

Eric Weiss, porte-parole de la National Transportation Safety Board (NTSB), l'organisme américain chargé de la sécurité des transports, a annoncé que les "boîtes noires" qui enregistrent les données de vol et les conversations dans le cockpit avaient été récupérées et allaient être envoyées à Washington pour analyse.

La Federal Aviation Administration (FAA), l'aviation civile américaine, mène également son enquête.

PILOTE EXPÉRIMENTÉ

Un responsable d'Asiana Airlines a déclaré que la compagnie allait aussi dépêcher des experts à San Francisco pour enquêter.

Un système de navigation qui aide les pilotes à accomplir la descente de l'avion en cas de mauvaises conditions météorologiques était éteint.

Des spécialistes en sécurité aérienne ont expliqué qu'il était fréquent que le système de guidage Glide Path soit désactivé lorsqu'un atterrissage ne présentait pas de danger particulier.

Le temps était clair et ensoleillé sur San Francisco samedi avec un très léger vent.

Le pilote Lee Jeong-min, qui a fait toute sa carrière chez Asiana, est expérimenté et compte près de 12.400 heures de vol, dont plus de 3.200 heures sur un Boeing 777, a précisé Asiana.

La plupart des passagers ont pu évacuer l'appareil avant que l'incendie ne s'étende.

Le chef adjoint des pompiers de San Francisco a précisé que 49 personnes avaient été hospitalisées pour des blessures graves tandis que 132 autres souffrent de blessures superficielles.

Cinq personnes se trouvent dans un état critique à l'hôpital général de San Francisco, a annoncé un porte-parole de l'établissement, ajoutant que 52 personnes avaient été soignées pour des brûlures, des fractures et des blessures internes.

Trois autres personnes se trouvent dans un état critique à l'hôpital de Stanford.

Selon Asiana Airlines, 141 Chinois, 77 Sud-Coréens et 61 Américains se trouvaient à bord. La nationalité des autres passagers n'a pas été précisée.

PREMIER ACCIDENT MORTEL POUR UN BOEING-777

C'est la première fois qu'un B-777, un long-courrier mis en service par Boeing en 1995, est impliqué dans un accident mortel.

Les autorités américaines ont exclu un acte terroriste mais la présidente du Conseil national de la sécurité des transports a précisé que toutes les pistes seraient examinées.

"Toutes les hypothèses sont envisageables. Il nous faut réunir tous les éléments factuels avant de tirer des conclusions", a insisté Deborah Hersman.

Un passager, Benjamin Levy, a déclaré à la chaîne NBC qu'il pensait que l'avion avait raté sa phase d'approche et volait trop bas au moment où il s'est présenté en bout de piste.

"Je connais bien l'aéroport et j'ai réalisé que le pilote volait un peu trop bas, trop vite et qu'il n'allait pas pouvoir se poser à temps. Il a remis les gaz et a essayé de reprendre de l'altitude mais c'était trop tard et on a heurté brutalement la piste, rebondi et tapé à nouveau très fort", a-t-il raconté.

Le trafic de l'aéroport de San Francisco a été interrompu après la catastrophe.

Le vol n°214 d'Asiana Airlines avait décollé de Séoul à 17h04 heure locale et l'appareil a touché le sol américain à 11h28, selon le site spécialisé FlightAware.

Cet accident risque à nouveau d'entacher la réputation de la compagnie aérienne sud-coréenne, membre du groupe Star Alliance, qui gère une flotte de 80 appareils et avait déjà connu deux accidents meurtriers depuis sa création en 1988.

En 1993, un erreur de pilotage avait été à l'origine d'un atterrissage manqué dans des conditions climatiques difficiles sur un vol intérieur, tuant 66 passagers et faisant 44 blessés.

Il y a deux ans, un 747 à destination de Shanghai s'était abîmé en mer au large de l'île coréenne de Jeju avec deux pilotes à son bord. L'accident avait été provoqué par un problème mécanique.

Avec Laila Kearney à San Francisco, Jackie Frank et Toni Clarke à Washington, Jack Kim, Hyunjoo Jin et David Chance à Séoul; Hélène Duvigneau, Tangi Salaün et Pierre Sérisier pour le service français, édité par Guy Kerivel

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant