Le crash d'un Boeing fait 50 morts en Russie

le
0
Le crash d'un Boeing fait 50 morts en Russie
Le crash d'un Boeing fait 50 morts en Russie

Un Boeing 737 qui effectuait une liaison intérieure en Russie s'est écrasé dimanche, en tentant d'atterrir à l'aéroport de Kazan, la capitale du Tatarstan (Volga).

L'avion «assurant la liaison entre Moscou et Kazan s'est écrasé à l'aéroport de Kazan à 19 h 25 heure locale (16h25 en France, NDLR)», précise un communiqué du ministère.

«Selon des informations préliminaires, toutes les personnes qui se trouvaient à son bord, 44 passagers et 6 membres d'équipage, ont été tuées», indique celui-ci. «Parmi les passagers, il n'y avait pas d'enfants», a précisé la porte-parole.

L'appareil «est tombé sur la piste d'atterrissage et a pris feu», a pour sa part déclaré le comité d'enquête russe. Le Boeing en flammes a ensuite «explosé», d'après une source au sein de la police locale, citée par l'agence de presse Itar-Tass.

Une enquête pour «violation des règles de sécurité aérienne» a été ouverte et plusieurs personnes chargées des investigations ont été dépêchés sur les lieux de la catastrophe. Une erreur de pilotage figure parmi les trois pistes privilégiées par les enquêteurs, avec les conditions météorologiques et une défaillance technique.

Poutine adresses ses condoléances aux familles

L'avion de la compagnie aérienne «Tatarstan a à trois reprises tenté d'atterrir avant de s'écraser, selon les agences de presse russes. L'aéroport de Kazan a été provisoirement fermé à la suite de l'accident. «Selon de premières informations, les 50 corps des victimes de l'accident ont été retrouvés sur le lieu de la chute de l'avion», a déclaré une responsable des services médicaux locaux.

Le président russe Vladimir Poutine «a adressé ses condoléances aux proches des victimes de cette horrible catastrophe» et ordonné de former une commission gouvernementale pour enquêter sur ses causes.

La Russie a connu ces dernières années une véritable série noire en matière de sécurité ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant