Le couturier Hedi Slimane a assigné Kering en justice-sources

le
0
 (Actualisé avec déclaration de l'avocat de Hedi Slimane) 
    par Pascale Denis 
    PARIS, 22 juin (Reuters) - Le couturier Hedi Slimane, ancien 
designer vedette de Saint Laurent, a assigné en justice le 
groupe Kering  PRTP.PA , propriétaire de la marque, ont déclaré 
à Reuters des sources proches du dossier. 
    "Hedi Slimane a assigné Kering en référé le 26 mai au 
tribunal de commerce de Paris", a déclaré une des sources. 
    Le couturier réclame au groupe de luxe, selon une autre 
source, "une très importante indemnité, de plusieurs millions 
d'euros, pour rupture abusive de contrat". 
    Contacté, Kering a confirmé l'existence d'une procédure, 
précisant qu'elle concernait "les obligations de non-concurrence 
d'usage". 
    Le groupe a levé la clause de non-concurrence à l'échéance 
du contrat tandis que Hedi Slimane en demande l'application, 
avec le paiement des indemnités qui y sont assorties. 
    "Ce différend n'altère en rien la grande reconnaissance du 
groupe envers Hedi Slimane pour avoir (...) mené à bien une 
réforme holistique de la maison durant ses quatre années à la 
tête de la création et de l'image de la marque", a tenu à 
préciser Kering dans un mail envoyé à Reuters.  
    L'avocat de Hedi Slimane s'est refusé à tout commentaire sur 
la procédure en cours.  
    Le jugement du tribunal de commerce est attendu le 29 juin.  
   
    Kering avait annoncé le 1er avril le départ du couturier, 
saluant "un chapitre unique dans l'histoire de la maison" mais 
sans donner d'explication. 
    Selon plusieurs observateurs, le créateur aurait voulu 
renégocier son contrat en forte hausse, ce que n'aurait pas 
accepté le PDG du groupe de luxe François-Henri Pinault. 
L'avocat du couturier a fait savoir qu'il contestait totalement 
cette version de la rupture avec Kering. 
    Hedi Slimane, qui pilotait les collections depuis son studio 
installé en Californie, avait aussi en charge l'image de la 
marque. Il contrôlait l'aménagement des magasins comme les 
séances de photos pour les campagnes publicitaires.  
    Il avait également rebaptisé la marque "Saint Laurent" et 
non plus "Yves Saint Laurent", appellation qu'elle a retrouvée 
depuis son départ. 
    Le designer avait aussi tenu à se démarquer des campagnes et 
de l'esthétique des parfums et cosmétiques signés Yves Saint 
Laurent, dont la licence a été rachetée par l'Oréal  OREP.PA , 
en faisant savoir, par communiqué, qu'"aucune direction 
artistique n'avait été donnée (par lui) sur les produits et les 
campagnes de publicité d'Yves Saint Laurent Beauté". 
    Avec une mode rajeunie et rock, en phase avec la nouvelle 
clientèle du luxe, Hedi Slimane a été l'artisan d'un 
spectaculaire renouveau de Saint Laurent qui a signé, sous sa 
houlette, la plus forte croissance de l'ensemble des marques de 
Kering, également propriétaire de Gucci, Bottega Veneta ou 
Stella McCartney. 
    Pendant ses quatre années passées à la direction artistique 
de la griffe, les ventes ont triplé, grimpant de près de 30% par 
an, pour passer de 354 millions d'euros à la fin 2011 à près 
d'un milliard à la fin 2015. 
    Le couturier belge Antony Vaccarello a été nommé à sa 
succession début avril.    
     
 
 (Avec Chine Labbé, édité par Dominique Rodriguez) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant