Le coût des lombalgies fait froid dans le dos

le
0
Le coût des lombalgies fait froid dans le dos
Le coût des lombalgies fait froid dans le dos

C'était presque une bonne nouvelle. Hier, Marine Jeantet, la directrice des risques professionnels à l'Assurance maladie, a annoncé que les accidents du travail et les maladies professionnelles sont en recul en France. « Il y a soixante-dix ans, on était à 120 accidents pour 1 000 salariés, aujourd'hui il n'y en a plus que 33,9. » Mais un chiffre est venu ternir le tableau : celui des lombalgies, les douleurs dans le dos.

 

Un mal du siècle qui progresse encore

 

En 2015, la Caisse nationale d'assurance maladie a constaté 167 000 cas de lombalgies liées au travail. Et encore, ne sont pas pris en compte les professions libérales telles que les infirmières ni les autoentrepreneurs, couverts par d'autres organismes. En dix ans, le nombre de lombalgies n'a cessé d'augmenter. En 2015, il y en avait 2 300 de plus qu'en 2005. Parallèlement, la part de cette pathologie dans les accidents du travail est passée de 13 à 19,1 % !

 

Soins à la personne et logistique particulièrement touchés

 

Alors que l'industrie était historiquement le secteur où l'on rencontrait le plus de lombalgies, aujourd'hui, explique Marine Jeantet, le mal s'est déplacé vers « la logistique et surtout les soins à la personne : + 3,4 % encore en 2015. Nous allons donc lancer des programmes de sensibilisation, notamment dans les maisons de retraite. » La moitié des arrêts maladie pour cause de douleurs au dos sont inférieurs à deux semaines, mais ce sont des arrêts répétitifs.

 

Une Facture de 1 Md€

 

L'an dernier, l'assurance maladie a dû verser 580 M€ d'indemnités journalières, 300 M€ sous forme de rente ou de capital pour couvrir le préjudice, et enfin 120 M€ en soins. Soit un total de 1 Md€ ! D'où, bientôt, une nouvelle campagne nationale de sensibilisation à la prévention.

 

Encore trop d'accidents et de maladies

 

Si la situation n'a jamais été aussi bonne, il reste des secteurs de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant